Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

BIENVENUE SUR CE BLOG

FIN DES PUBLICATIONS DANS CE BLOG

De septembre 2008 à octobre 2022, une belle aventure !

Merci à tous ceux qui m'ont suivi durant cette période.

Retrouvez dorénavant mes futures publications dans le blog du site lesenergiesdevie.com

 

 

 

Découvrez la liste de mes prestations...

Cliquez sur l'image ci-dessous

 

logo reiki verseau

LESENERGIESDEVIE

 

   

 

Cliquez sur la photo pour accéder à la LISTE DE MES ARTICLES et astuces énergétiques...

 

 

 

2 soins reiki verseau gratuits à chaque nouvelle lune

 

ET ENCORE...

 

 

 

catalogue de formations énergétiques et spirituelles de Rene Dumonceau
Cliquez sur la photo pour découvrir mon catalogue de formations énergétiques et spirituelles...

 

La Lune

 

 

 

02 Janvier 2022
01 Février 2022
02 Mars 2022
1er Avril 2022
30 Avril 2022
30 Mai 2022
29 Juin 2022
28 Juillet à 19h55
Samedi 27 Août 2022 à 10h16
25 Septembre à 23h54
Mardi 25 Octobre à 12h48 à Paris et à 06h48 au Québec


Mercredi 23 Novembre à 23h57

 à Paris et à 17h57 au Québec


23 Décembre à 11h17
 

 

comment rédiger un chèque d'Abondance Positive en Tout
Lors de chaque nouvelle lune, rédigez votre chèque d'Abondance Positive en Tout. Cliquez sur la photo pour obtenir des infos...

 

 

 

2 soins reiki verseau gratuits à chaque nouvelle lune

 

 

comment procéder pour développer ma spiritualité et me libérer des blocages karmiques et utiliser l'énergie de mes mains

 

 

 

MENTION

 


 

Publié par Rene Dumonceau

La médiation avec la maladie

 

Boris CYRULNIK a dit : "Un malheur […] c’est une fange glacée, une boue noire, une escarre de douleur qui nous oblige à faire un choix : nous y soumettre ou la surmonter".

Si l’on associe une maladie à un malheur, cela nous laisse donc deux possibilités : 

  1. Se laisser abattre, se positionner en tant que victime face à ce coup du sort. Ce fut par ailleurs la première chose que je fis en sortant du cabinet médical suite au diagnostic. En plein état de choc, je préférais me recroqueviller sur moi et attendre que quelqu’un vienne me sauver de ce cauchemar.
     

  2. Se battre. Se battre contre la maladie, être plus FORT qu’elle ! 

 

De façon inconsciente, notre entourage nous place aussi souvent dans une de ces catégories : «Mon pauvre/ma pauvre, quelle tristesse ! Quel manque de chance !». Ou alors «whaou, tu es si fort(e) !»

Souvent, dans l’optique de reprendre du pouvoir sur sa vie, redevenir acteur face à notre maladie, nous choisissons de nous battre.

Mais est-ce le bon choix ? 

 

Un combat contre nous-mêmes

Choisir de se battre contre sa maladie, cela revient à avoir l’idée de la vaincre, de la terrasser. Et c’est entièrement légitime. C’est une étrangère, une indésirable qui est venue bouleverser notre quotidien, notre vie. Nous voulons qu’elle s’en aille ! 

Mais, de mon point de vue, c’est là où le bât blesse. Pour se battre, il faut être en colère. Et dans le cadre d’une maladie, nous n’avons aucun interlocuteur direct envers décharger cette colère. Car, au final, cette maladie, c’est nous qui la portons. C’est notre corps qui l’exprime. 

Alors, cette colère, nous la retournons contre nous-mêmes, contre notre corps. Nous nous battons, certes, mais dans le vide. 

Il est de plus, aujourd’hui, prouvé que la colère est inflammatoire.

Dans le cadre de la sclérose en plaques (et je prends cet exemple car c’est la maladie qui me touche personnellement), l’inflammation y a une part centrale.

Alors … si je me bats, si je suis en colère … au final, c’est moi qui en paie le prix ! C’est mon corps qui en subira les conséquences.

 
 

L’alternative de la médiation

Quelle autre alternative me reste-t-il alors ? Pour ma part, après avoir expérimenté la position de victime et celle de combattante, j’ai décidé d’entamer un discours avec ma maladie. On dit souvent que dans un conflit (et il s’agit bien là d’un confit à l’intérieur de mon corps), les deux parties ont chacune leurs torts. 

Peut-être que mon corps s’exprimait parce que je n’en avais pas pris assez soin ? Peut-être qu’il cherchait à me faire passer un message, à travers une maladie ?

Alors, j’ai décidé d’arrêter de me battre et d’écouter ma maladie. Je me suis instaurée en tant que médiatrice entre mon corps et ma maladie. Mon blog parle d’ailleurs de ce long dialogue avec ma sclérose en plaques. 

Je reste aujourd’hui intimement convaincue que la médiation est l’alternative la moins virulente face à la maladie et certainement la plus porteuse de réussite. Car elle nous permet d’entendre ce que notre corps, notre esprit, nos émotions cherchent à nous dire. 

Ecoutons-nous, cessons de nous battre contre nos maladies. A nous battre contre elles, c’est contre nous-mêmes que nous nous battons.

Offrons-nous ce cadeau de médiation ! Nous en ressortirons avec une plus grande connaissance de nous-mêmes et un merveilleux apaisement. Voire, peut-être, une guérison.

Auteure : Lisa Aradan 

 

 

Publié par René Dumonceau

Vous pouvez partager cet article à condition d’en respecter l’intégralité et d'en citer la source. Publié dans le cadre de l'entraide entre élèves de Livementor, l'école en mieux !

 

A lire également sur ce blog

La sclérose en plaques, ma meilleure ennemie

Publié le 20/04/2018+MàJ 10/01/2022

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article