Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

BIENVENUE SUR CE BLOG

 

 

Cliquez sur la photo pour accéder à la LISTE DE MES ARTICLES et astuces énergétiques...

 

 

 

 

 

l'épisiotomie coupe le périnée, ce qui a pour effet d'empêcher la bonne circulation énergétique dans le corps de la femme

 

 

 

ET ENCORE...

 

 

Si vous désirez développer vos capacités énergétiques et/ou intuitives, cliquez sur l'image pour découvrir mon catalogue de formations énergétiques et spirituelles...

Si vous désirez être conseillé ou simplement discuter de vos capacités d'éveil spirituel... Contactez-moi

 

La Lune

 

13 Janvier à 06h01


11 Février à 20h07


13 Mars à 11h22


12 Avril à 04h32


Mardi 11 Mai à 21h01


Jeudi 10 Juin à 12h54


Samedi 10 Juillet

03h18 à Paris

21h18 au Québec


08 Août à 15h51


07 Septembre à 02h53


06 Octobre à 13h07


04 Novembre à 22h16


04 Décembre à 08h44

 

 

comment rédiger un chèque d'Abondance Positive en Tout
Lors de chaque nouvelle lune, rédigez votre chèque d'Abondance Positive en Tout. Cliquez sur la photo pour obtenir des infos...

 

 

 

 

02 Janvier à 19h35


01 Février à 06h49


02 Mars à 18h38


01 Avril à 08h27


30 Avril à 22h30


30 Mai à 13h32


29 Juin à 04h53


28 Juillet à 19h55


27 Août à 10h16


25 Septembre à 23h54


25 Octobre à 12h48


23 Novembre à 23h57


23 Décembre à 11h17
 

 

 

 

 

 

Publié par Rene Dumonceau

La sclérose en plaques, ma meilleure ennemie

Je suis une heureuse Sépienne depuis bientôt 10 ans. Sépiens, sépiennes, c’est ainsi que nous nous nommons entre nous, les personnes touchées par la sclérose en plaques, la SEP en langage courant.

Il est vrai que le terme "heureuse" ne va logiquement pas de pair avec cette maladie. Souffrance, peurs, épée de Damoclès, handicap, fatigue … c’est tout un panel de mots peu réjouissants que l’on y associe.

Alors, bien sûr, "heureuse" n'a pas toujours été le terme le plus adéquat me concernant.

J'avais 23 ans lorsque je l'ai appris, l’âge où l’on se croit encore immortelle. J’étais jeune et j’avais la vie devant moi. Devoir faire face à une limite physique m’apparaissait comme insurmontable. Et pourtant … 

Pourtant, c’est grâce à cette maladie que j’ai appris à découvrir et à aimer la personne que je suis devenue. Si elle m’a profondément dérangée et perturbée au départ, j’ai aussi compris le sens qu’elle avait dans ma vie. Aujourd’hui, elle fait partie intégrante de moi, je vis en paix avec elle et elle est même devenue une fidèle alliée.

Mais pour comprendre cela, il aura d’abord fallu que je prenne le temps de traverser les différentes étapes qui suivent un traumatisme : le Choc, le Déni, la Colère, la Tristesse, la Reconstruction et, enfin, l’Acceptation.

 

Le Choc

Suite à l’annonce du diagnostic, je suis entrée dans une phase de Choc. Je n’arrivais pas à prendre la mesure de ce qui venait de m’arriver et j’avais surtout besoin que l’on me plaigne, que l’on s’intéresse à moi.

Je racontais à tout le monde ce qui m’arrivait : à la boulangère en allant chercher le pain, au boucher, au primeur, à nos voisins, à la femme de ménage …à toute oreille qui se montrait un tant soit peu bienveillante et qui me confortait dans ce rôle. Non seulement, je cherchais à susciter la compassion mais une partie de moi cherchait aussi à rendre cette annonce plus réelle, à me l’approprier.

Je l’annonçais sans vraiment être à même de ressentir quoi que ce soit. Seule m’intéressait la réaction suscitée chez mon interlocuteur.

 

Le Déni et la Colère

Puis, en plein Déni, j'ai décidé de l'ignorer, de continuer comme si de rien était. Je suis retournée finir mon stage comme si rien ne s’était jamais passé.

Pourtant, elle était bien présente et c’est sous forme de Colère qu’elle a fini par ressortir un peu plus tard.

Pourquoi moi ? J’avais toujours été tournée vers les autres, prête à aider les gens en détresse, je m’orientais même vers une carrière dans les ONG.

Pourquoi cela était-il tombé sur moi ? Personne dans ma famille n’avait cette maladie, l’hérédité n’était donc pas en cause. Alors, pourquoi ?

Je l'ai détestée, haïe... J'ai voulu la combattre, la vaincre !

 

La Tristesse

Et puis, une seconde poussée est arrivée et la Tristesse m’a terrassée.

J’ai commencé à prendre conscience que ma vie ne serait plus jamais comme avant et qu’il faudrait peut être que je fasse des choix en conséquence mais, malgré ma détresse, je me suis sentie enfin en paix.

Alors que les périodes de Déni et de Colère avaient été vécues dans une grande tension et une certaine culpabilité, je ressentis un profond soulagement à me laisser aller dans cette Tristesse.

Si je pleurais ma "vie perdue", j’acceptais enfin le passage vers une nouvelle étape.

 

La Reconstruction

C’est alors que j'ai choisi d’écouter ce que ma sclérose en plaques avait à me dire. Pourquoi était-elle là ? Quel était son message ? Et elle m'a alors emmenée dans un voyage à la découverte de moi-même, de mon passé, mes blocages ...

Suivant mon intime conviction et suite à la lourdeur du traitement de ma première poussée, j’ai refusé tout traitement allopathique par la suite, décidant de ne me soigner qu’au travers des médecines douces.

Et j’ai décidé de creuser … je me alors suis orientée vers  divers courants thérapeutiques, dont le décodage biologique, qui met en avant la relation entre le corps et l’esprit. Et plus je me libérais de mes blessures émotionnelles, de mes névroses, de mes peurs … mieux mon corps se portait. 
 

L'Acceptation

Je me suis alors rendue compte que cette maladie était un message pour aller vers une nouvelle vie, vers un véritable apaisement. 

J’ai désormais appris à me laisser guider par elle, à vivre en phase avec moi-même, avec mes aspirations profondes.

Chaque fois que je m’en éloigne, mon corps se met en fibrillation et me le signale. Ma sclérose en plaques est tout simplement devenue ma meilleure alliée pour aborder mon futur.

Et d’ailleurs, cela fait 5 ans que je n’ai pas fait de poussées !
 

La sclérose en plaques, ma meilleure ennemie

Et après ? 

Aujourd’hui, je cherche à diffuser ce message d’espoir, à travers mon blog, en donnant des conférences, et à présenter une autre façon de percevoir nos maladies ou toute autre épreuve, à montrer qu’il ne nous arrive rien que l’on ne puisse surmonter et que si l’on creuse et que l’on prend le temps de les traverser, ces étapes de vie nous permettent d’apprendre à mieux nous connaître et à vivre en adéquation avec nous-même.

Car, comme le cite, Carl Gustave JUNG, "La maladie est l’effort que fait la nature pour guérir l’homme. Car elle renferme l’or véritable qu’il n’a trouvé nulle part ailleurs."

Auteure : Lisa Aradan

Publié par René Dumonceau

Publié dans le cadre de l'entraide entre élèves de Livementor, l'école en mieux !

Vous pouvez partager cet article à condition d’en respecter l’intégralité et d'en citer la source.

Publié le 07/02/2018+MàJ 04/01/2019.

Retrouvez également Lisa sur sa page Facebook...

 

A lire également dans ce blog

La médiation avec la maladie, au lieu de se battre contre elle ou de se laisser abattre par elle

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Gabriel Edery 23/01/2020 16:54

Super