Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Rene Dumonceau

René Dumonceau - Mon chemin - De ma naissance à ma rencontre avec le Reiki Verseau

Près de 10 ans après mes 3 NDE de 2007, je republie cet article du 04/07/2012 et vous en souhaite une bonne lecture. Coeurdialement.

 

Bonjour, je me nomme René Dumonceau.

Je suis né à Herstal (Belgique) le lundi 20 août 1956 à 18h20. Au premier étage, entre deux fenêtres de la façade de la distillerie familiale. Comme Obélix : « je suis tombé dans le chaudron quand j’étais petit ».

Je suis le fils unique d’une mère célibataire. J’ai passé mon enfance et mon adolescence dans divers internats et colonies de vacances. Les WE, quand j’étais quelques heures à la maison et que, comme un enfant de mon âge, j’étais un peu bruyant, ma mère avait la main lourde, très lourde même. Elle était vraiment très spéciale, ma mère : elle savait souvent les choses avant qu’elles ne se produisent et quand elle me tenait la main, ça picotait très fort dans mes paumes (plus tard, j’ai compris qu’elle était médium et magnétiseur). A la fin du WE, j’étais content de retourner à l’internat pour échapper à cette femme acariâtre, peu conventionnelle et très ....« illuminée ».

Jeune adulte, pour me changer des internats et colonies de vacances, je me suis retrouvé dans des casernes. Militaires d’abord, de Gendarmerie ensuite. J’ai travaillé trente ans pour cette structure policière mais je ne m’y suis jamais senti réellement à ma place.

Je suis trop sensible, trop émotif, trop à l’écoute de la souffrance humaine, trop respectueux de l’autre que pour effectuer ce job sans qu’il n’ébranle mon émotionnel. Enfin, j’avais un emploi stable et c’est tout ce qui importait à l’époque.

Maintenant nous sommes plus trente ans plus tard, j’ai 58 ans et cette structure je l’ai quittée sans regrets en 2007 : spirituellement, je n’étais vraiment plus en phase avec elle et je n’avais plus rien à y faire.

En juin 2004, je suis très mal dans ma peau. Il y a six mois que j’ai quitté mon épouse. Sur le conseil de mon médecin de famille, j’initie une thérapie chez un sophro-dynagogue.

C’était plutôt une formation qu’une thérapie. Ce sophro-dynagogue a commencé par m’expliquer que tous les événements que nous rencontrons dans notre vie sont induits par les ondes que nous émettons en permanence et qui ont une influence sur le comportement des gens que nous rencontrons en diverses occasions.

 

Je reprends ici sa devise préférée :

 

« Je rayonne autour de moi ce que je suis »

« Donc, j’attire à moi ce que je suis ».

« Changez votre façon de penser et vous changerez votre vie. »

Fabrice Frère, Sophro-dynagogue à 4030 Liège (Belgique)

 

Cette devise, je l’ai faite mienne et j’ai changé ma vie, en mieux.

Grâce à l’enseignement de ce sophro-dynagogue, j’ai appris à me faire confiance, à me pardonner, à m’aimer, à me respecter et à me faire respecter, à dire non, à gérer mon stress, à penser de manière positive, à prendre conscience de l’instant présent, de ce qui m’entoure, de ce que j’aime, de ce que je ne veux plus et à me fixer des buts. A court terme d’abord et ensuite, à moyen et à long terme. Il m’a appris à visualiser la réalisation de ces buts, ce qui a eu pour conséquence de développer mon intuition.

Petit à petit, j’ai commencé à avoir des flashs : j’avais l’impression de lire ou de sentir les pensées dans la tête de mes interlocuteurs. Ma compagne de l’époque n’avait pas besoin de parler : je répondais à ce qu’elle avait l’intention de me dire. Cela peut paraître amusant mais ça fait un drôle d’effet car je ne savais pas faire la différence entre des pensées et des paroles : j'entendais distinctement la voix de la personne lorsqu'elle pensait.

Souvent cela indisposait mes interlocuteurs qui se sentaient violés alors que c'était totalement involontaire de ma part. Comme cette ancienne avocate bcbg avec laquelle je suis allé au restaurant en 2005. Son discours était très prude mais à un moment où je lui parlais, j’ai entendu les pensées qu'elle avait à mon sujet : elles étaient très grivoises. Ses pensées étaient tellement différentes de ses paroles que j’en ai été surpris et j'ai arrêté de parler. Evidemment, elle m’a demandé pourquoi je me taisais subitement. Elle n’a pas apprécié ma réponse. Elle a aussitot quitté le restaurant et nous ne nous sommes jamais revus.

En octobre 2004, j’ai initié deux années d’études en Feng Shui traditionnel chinois. J’ai découvert et me suis passionné pour la pratique du Yi-King (ou Yi-Jing), le livre des Transformations, le cinquième livre remarquable de Confucius. Il s’agit d’un oracle chinois qui est à la base de la médecine traditionnelle chinoise, de l’acupuncture, etc… Pendant plusieurs années, cet oracle et mon intuition ont guidé ma vie. A ce jour, seules mon intuition et la confiance en Dieu guident ma route.

A la fin de l’année 2005, j’ai rencontré une amie qui m’a fait découvrir les propriétés de certains quartz et autres pierres semi précieuses. Elle m’a appris comment m’en servir pour me recharger en énergie.

C’était magique ! J’étais couché dans mon lit, je tenais un cristal de roche dans la paume de chaque main et quelques minutes plus tard, je sentais une boule d’énergie tourner dans mon corps. Elle entrait par le poignet gauche, montait dans l’épaule, descendait dans mon périnée, remontait dans l’épaule droite et ressortait de mon corps par la main droite.

Je suis artisan sculpteur sur pierre. Ce matériau me fascine. J’ai bouquiné afin de m'informer au sujet de la lithothérapie. J’ai acheté des pierres de soins et ai fait diverses expériences pas toujours très heureuses pour ma santé.

En février 2006, j’ai suivi une formation de Jean-Marie Schneider qui avait pour sujet : «La philosophie des pierres utilisées en lithothérapie». A partir de ce moment-là, j’ai commencé à utiliser correctement les pierres et les quartz à des fins thérapeutiques.

C’est aussi à cette époque que j’ai découvert le plaisir de «travailler» sur des personnes. C’est tellement chouette quand quelqu’un vous fait son plus beau sourire et vous remercie parce que, grâce à ce que vous venez de lui faire avec deux pierres, elle se sent apaisée dans son corps et dans ses émotions !

Au début 2006 également, j’ai commencé à me servir d’un pendule comme prolongement de mon intuition. J’ai aussi découvert le dodécaèdre et ses fabuleuses capacités. Associé à diverses pierres et quartz lors de méditations, c’était génial. Le dodécaèdre est un solide de Platon. Plusieurs livres lui sont consacrés.

J’ai fait des dizaines de méditations, couché dans mon lit, un dodécaèdre en cristal de roche posé sur le troisième œil et bâtonnet en cristal de roche également posé sur la paume de chaque main !

L’énergie tournait dans mon corps tandis que mon esprit en sortait et allait se promener dans l’Univers. J’avais l’impression de me projeter dans l’avenir et de voir mes futures réalisations. Plusieurs de ces rêves se sont réalisés durant les mois et les années suivantes.

Un vendredi matin, alors que j’étais en méditation, j’ai «senti» une sorte d’appel à l’aide. J’ai «rêvé» que je volais vers une amie - je l’ai visionnée – et que je me positionnais dans son aura. J’ai eu l’impression de lui donner plein d’énergie positive. Une demie-heure plus tard, cette amie m’a téléphoné. Elle m’a dit que quelques minutes auparavant, elle avait fait un drôle de rêve alors qu’elle se faisait masser chez sa thérapeute : elle avait eu l’impression que quelqu’un s’est couché sur elle et l’avait enrobée de plein d’énergie d'amour. Elle m’explique qu’ensuite, elle a eu une très forte envie de me parler. Bizarre ! Vous avez dit bizarre !?

Dans le courant du printemps 2006, j’ai constaté que je commençais à irradier de l’énergie. Dès que je donnais la main à quelqu’un, de l’énergie sortait de ma main et intégrait la personne que je touchais. J’ai compris que cette énergie provenait du fait que je me rechargeais régulièrement avec les pierres et les cristaux que j’utilisais en lithothérapie. Je donnais donc du magnétisme. C’était agréable dans ma vie sentimentale mais cela m’a fait connaître quelques vilaines expériences dans la vie, en général. A plusieurs reprises j’ai hérité des maux des personnes à qui je donnais de l’énergie et ce, malgré mes pierres de protection. Et puis, quand je donnais de l’énergie, c’était la mienne. Alors, je m’épuisais.

J’en ai parlé au cours de Feng Shui. Une copine m’a informé qu’il y avait moyen de devenir canal de l’énergie de l’Univers afin de ne plus se faire pomper sa propre énergie. Il fallait simplement passer diverses initiations que l'on nomme Reiki. Je suis de nature curieuse et ouvert à beaucoup de choses mais là, ma nature cartésienne de flic a repris le dessus : bien que ma mère soit magnétiseur, je ne croyais absolument pas que cela soit possible que moi aussi je puisse un jour faire comme elle, canaliser et donner de l'énergie.

Pourtant, par curiosité ou défi - je ne le sais toujours pas - un week-end du mois de juin 2006, avec une copine, je me suis retrouvé dans le sous-sol d’un magasin ésotérique de Namur dont les caves voûtées où se donnait l’initiation au niveau 1 du Reiki Usui, sentaient l’urine de chat et le moisi. Cela faisait très crypte et séance de magie noire. Mais l’enseignement était de qualité. Il a été donné sur deux jours mais dès le premier soir, nos mains ont commencé à irradier de l’énergie. Pas la nôtre, en tout cas, car nous étions en pleine forme et découvrions les joies des soins réciproques... En couple.

C’est après cette initiation que j’ai réellement découvert qu’avec le seul contact de mes mains sur une personne, comme le faisait ma mère depuis sa naissance, j’étais capable de soulager ses maux. Après, tout s’est très vite enchaîné car des maîtres enseignant Reiki Usui ont constaté que je dégageais beaucoup de puissance énergétique alors que je n’étais initié qu’au premier degré.

J’ai lu de nombreux ouvrages relatifs au Reiki Usui, aux centres énergétiques du corps humain (chakras) et aux corps éthériques (l’aura). C’est durant la première quinzaine du mois de novembre 2006 que j’ai commencé à avoir l’impression de voir, de sentir, de deviner les disfonctionnements énergétiques des personnes que je croisais dans la rue, des gens à qui je parlais, dont je voyais une photo ou qui évoluaient à la TV. Je venais de recevoir l'initiation au Système de Guérison de la Lumière Indigo.

J’ai donc fait diverses expériences avec des personnes de mon entourage et je me suis aperçu que mes visions traduites en mots et en maux étaient presque toujours exactes.

Ces capacités sont très difficiles à gérer et très déstabilisantes. Plus encore que de voir ou entendre les pensées dans la tête des gens. En effet, avec mon bon cœur et ma gentillesse, j’avais envie d’aider tout le monde à aller mieux mais je ne le pouvais pas, bien évidemment.

Mais ça, à l'époque, je ne le savais pas. Alors, quand j’ai découvert que je voyais ces choses, j’ai voulu «soigner» tous les gens qui me croisaient. Et souvent, à leur insu, je procédais à des expériences énergétiques destinées – le pensais-je – à les aider. A chaque fois, le boomerang m’est revenu en pleine figure car "Tout individu a droit à la vie, à la liberté et au respect de sa personne" dispose l'article 3 de la déclaration universelle des droits de l'Homme. Donc je n’avais pas le droit d’agir de la sorte mais à l’époque, je ne le savais pas. Ne pas pouvoir aider les gens alors qu’on voit le remède énergétique à apporter à leurs maux est quelque chose de très frustrant.

Le samedi 02 décembre 2006, j’ai été initié au deuxième niveau du Reiki Usui. Au domicile d’un chouette copain dont le bureau est beaucoup plus agréable que l’antre putride où j’avais reçu ma première initiation.

En mars 2006, ma mère s’est cassée plusieurs côtes en tombant dans un autobus. Elle avait 76 ans mais était toujours très active. Pourtant, après cette chute, je l’ai vue décliner de plus en plus. Etant elle-même thérapeute énergéticienne, naturopathe, phytothérapeute et j'en passe... et surtout d’une personnalité très affirmée, il était impossible de la conseiller sur son état de santé sans susciter un violent courroux de sa part.

Le mardi 05 décembre 2006, elle a été transportée en urgence dans un hôpital liégeois, après avoir dit adieu à son appartement : elle avait un double cancer. Elle le savait depuis mars 2006 mais avait choisi de le taire. Elle a décidé de son chemin en toute connaissance de cause. Elle est décédée vingt-et-un jours plus tard, soit le 27 décembre 2006. Curieuse date pour partir : j'avais intégré l'école de Gendarmerie belge 29 ans plus tôt, soit le 27 décembre 1977.

Autre date curieuse qui se révélera importante par la suite, celle du 16 décembre 2006. Ce jour-là une copine a canalisé deux messages qui m’étaient destinés. C’était une sorte d’ordre de mission. J’ai publié le texte dans cet article : « Hermite, ma mission de Vie et de Lumière ».

J’ai enterré ma mère le samedi 30 décembre 2006. Un mois après, soit le mardi 30 janvier 2007, j’ai été victime d’un problème de santé qui a nécessité une hospitalisation en urgence.

En réalité, ce jour-là, je suis mort... entre 16h20 et 16h40. Enfin presque : j’ai fait une expérience proche de la mort. En anglais, cela se nomme NDE (Near Death Experience) et en français EMI (état de mort imminente).

Je me souviendrai longtemps de cette infirmière flamande qui, en essayant de me ranimer alors que j’étais couché sur une civière, en rue, devant ma maison criait : «On le perd, on le perd !». Avec son accent guttural qui roulait les «r», je croyais qu’elle disait : «On l’opère, on l’opère !».

Pendant que toutes ces personnes s'efforçaient de ranimer mon corps physique, je regardais la scène d’en haut et je trouvais que mes vêtements étaient super chifonnés et que j'avais l'air en méforme. Quand l’infirmière m’enfonçait une aiguille sur le dos de la main ou qu'on me secouait avec des électrodes, je retournais dans mon corps et ensuite je remontais au-dessus de tout le monde. Et l’infirmière recommençait à crier qu’elle allait m’opérer.

Pendant les trois jours suivants, à l'hôpital, j'ai alterné de brèves périodes de conscience avec de longues périodes d'inconscience. J'ai surtout beaucoup rêvé et j'ai vu beaucoup de lumière. A plusieurs reprises j'ai eu l'impression de me cogner le nez contre une porte. Comme aimanté, j'étais attiré par cette porte mais à chaque fois que j'y arrivais, elle me repoussait en direction de la Terre et j'avais l'impression d'entendre un vieil homme qui me disait "c'est trop tôt, tu as encore plein de choses à réaliser en bas". Je me suis réveillé trois jours plus tard à l’hôpital. Selon les médecins, mon coeur et mes poumons étaient en très bon état et ils ont conclu à une attaque de panique. Ils m'ont bourré de calmants et m'ont renvoyé chez moi.

Quand ma voisine m’a déposé devant chez moi, je n’ai pas reconnu la maison. Je n’ai pas reconnu mes meubles ni tous mes objets familiers ni les photos des membres de ma famille. D’ailleurs, je ne connaissais plus mon nom ni ma date de naissance et j’ai dû regarder ma carte d’identité pour le savoir.

C’était comme si tout ce qui concerne René Dumonceau avait été zappé de ma mémoire alors que je connaissais la fonction usuelle de chaque objet, je savais me servir de chaque appareil se trouvant dans la maison, aller sur le Web, me laver, manger et vivre en Belgique mais c’était comme si je me trouvais dans la maison de quelqu'un d'autre, un être totalement inconnu dont je devais impérativement faire la connaissance et apprendre tout... car j’étais cet être. Physiquement et pour les registres de la population, en tout cas.

Pendant les semaines et les mois qui ont suivis, en ce début d’année 2007, j’ai fait une perquisition dans la maison de cet "inconnu-moi". J’ai tout fouillé, regardé chaque photo, lu chaque archive afin de me (ré)-approprier l’identité de René Dumonceau. Tout ce que je découvrais était totalement étranger à mon âme mais en même temps, tellement important pour René Dumonceau.

Durant cette période, j’avais l’impression que deux êtres distincts vivaient dans mon corps. Depuis lors, je sais ce qui s’est passé et j’en connais la raison : c’est un phénomène de walk-in. Comme l'écrit Anne Givaudan dans son livre sur le sujet : "Il existe sur Terre des êtres qui ne sont pas d'ici et qui ont emprunté des corps afin de contribuer à un plan lumineux qui dépasse largement le cadre de notre seule planète.".

Après cette première NDE, j’ai constaté que de nombreuses transformations énergétiques, psychologiques et spirituelles se passaient en moi. Je devenais un autre être. J’avais des perceptions extra-sensorielles fabuleuses que le commun des mortels a du mal à imaginer. De cette NDE il me reste également d’importantes acouphènes dans l’oreille gauche (encore présentes à la mise à de jour de cet article le 08/10/2016). Depuis le 30 janvier 2007, je n’ai plus jamais entendu le bruit du silence. Il est remplacé par des sifflements dont la tonalité varie plusieurs fois par jour.

Au début de cette année 2007, je dois aussi me réapproprier la mémoire professionnelle de René Dumonceau. Après une procédure de plainte que j’avais déposée en février 2005 contre la hiérarchie de la police judiciaire fédérale belge pour harcèlement moral et qui s’était retournée contre moi, j’étais en mauvaise posture professionnelle et j’attendais mon licenciement pour le mois de mai ou juin 2007. Voir l’article : « Comment ma vie a basculé, de policier à thérapeute ».

Pendant cette période, je continue mes formations énergétiques. Fin mars 2007, j’ai suivi une deuxième formation de Jean-Marie Schneider qui m’a permis d’apprendre le rôle de tous les chakras et de travailler sur les corps éthériques (l’aura) des êtres humains à l’aide des pierres utilisées en lithothérapie, ainsi qu'à ressentir les corps éthériques.

En avril et mai 2007, j’ai également suivi une formation en DIEN CHAN (réflexologie faciale selon la médecine traditionnelle chinoise) afin de mieux connaître le corps humain et le circuit de l’énergie.

Le mardi 5 juin 2007, chez mon maître spirituel, j’ai reçu l’initiation à la maitrise enseignante du Reiki Usui.

Le lendemain, soit le mercredi 6 juin 2007, par courrier recommandé, je reçois la notification de mon licenciement de la police judiciaire fédérale belge qui prend cours le 15 mai 2007. Avec ce formulaire portant le nom de C4, se referme le livre de 31 ans de vie professionnelle.

Je n’ai jamais chômé. Je ne connais pas les démarches à effectuer pour commencer à percevoir des allocations de chômage. Je tarde à m’inscrire auprès des organismes adéquats : je suis honteux, je n’ai pas envie d’y aller et surtout, j’ai peur. Une incroyable panique m’envahit : que vais-je devenir, sans famille et sans profession ? Que sais-je faire d'autre ? Saurais-je y arriver ? Etc...

Le matin du vendredi 15 juin 2007, je suis réveillé par une intense douleur au pli de l’aine, du côté gauche. Je ne ressens plus ma jambe gauche et je ne sais plus la bouger. La douleur est atroce et j’alterne les périodes d’évanouissement avec de brèves périodes de conscience.

Je suis monté dans la Lumière pendant trois jours et me suis encore cogné à plusieurs reprises contre la porte aimantée qui me repoussait à chaque fois. Et on me disait «pas maintenant, pas maintenant».

J’étais seul chez moi pendant ces trois jours. Je n’ai reçu aucun appel téléphonique et n’avais personne à appeler à mon secours.

J’ai repris conscience durant la matinée du lundi 18 juin 2007. Je me suis trainé jusqu’au téléphone. Mon médecin homéopathe m’a prescrit certaines gélules. J’en avais chez moi. Deux heures plus tard, la douleur diminuait et je recommençais à sentir ma jambe. A ce jour, il me reste une gêne pour remuer la cheville gauche et une insensibilité dans deux orteils ainsi qu’à l’arrière du tibia.

Après cette deuxième NDE, mes perceptions se développent de plus en plus. Ca donne le vertige. Je fais expérience sur expérience afin d’essayer de trouver une limite à mes capacités mais tout fonctionne. Absolument tout ce que je demande à l’énergie, se produit. A la seule condition que je respecte une certaine éthique sinon mes demandes se retournent contre moi.

Le mercredi 5 septembre 2007, mon maître spirituel m’offre un fabuleux cadeau : «l’initiation au système de guérison de la Licorne». En francophonie, il a été le premier à la recevoir en ligne directe des canalisateurs et il a traduit le manuel en français. Dans le «monde francophone», je suis donc le deuxième à recevoir l’initiation à cette merveilleuse énergie de soins.

Avant de m’engager à la Gendarmerie belge, j’ai fait très peu d’études. A la PJ j’étais à la section financière mais mes formations ne sont pas valables dans «le civil». Donc si je veux devenir thérapeute ou commerçant en Belgique, je dois passer un examen d’état qui me donnera un brevet de gestion. En 2007, j’ai passé un été studieux qui a été couronné de succès le mercredi 12 septembre 2007, jour où j’ai réussi haut la main cet examen d’état.

 

J’ai donc quitté le chômage et me suis installé comme thérapeute, pour commencer mes activités le lundi 1er octobre 2007. La nuit du dimanche 30 septembre au lundi premier octobre 2007, j’ai eu une intense poussée de fièvre. Je ruisselais dans mon lit. Le matin du lundi premier octobre, j’avais une importante douleur au niveau de la clavicule droite où un ganglion lymphatique avait gonflé.

Pendant trois jours, encore, j’ai alterné les périodes de conscience et d’inconscience. Avec toujours cette vision de Lumière intense et cette porte qui m’attirait et me repoussait en même temps. Et il y avait toujours cette voix d’homme âgé qui me disait, entre autres «tu y es presque, sois rassuré, ça va venir bientôt».

Le mardi 2 octobre en fin de matinée, j’ai réussi à téléphoner au médecin qui m’a prescrit des gélules que j’avais également en stock (j’avais récupéré le stock de ma mère). Cette fois-là, j’ai mis plus d’un jour à réellement sortir de cet état de torpeur. C’était la troisième NDE que je faisais durant les 9 mois qui ont suivi l’enterrement de ma mère.

Les 7 et 8 novembre 2007, dans les environs de Namur, j’ai suivi un stage d’un grand maître de la lithothérapie : Georges Boschiero. Lors de ce stage, j’ai rencontré Francine, une dame de vingt ans mon aînée avec laquelle j’ai sympathisé. Sa vie et son comportement ressemblaient étrangement à ceux de ma mère mais cette femme érudite m’intriguait. Elle pratiquait l’écriture automatique et canalisait régulièrement un être ascensionné nommé Padre Pio.

Le mardi 20 novembre 2007, j’ai initié à la Lumière Indigo, deux copains français dont l’un réside au Canada, en Ontario. Ce dernier dispose de la maitrise enseignante d’une technique nommée IET «Integrated Energy Therapy». Il m’a initié aux premiers niveaux. Cette technique fait appel aux anges et aux maitres ascensionnés afin de retirer de l’énergie discordante hors du corps d’un patient et la remplacer par de l’énergie vierge de toute mémoire cellulaire.

Le côté trop alambiqué des termes utilisés dans le manuel de cette technique ne me correspond pas mais j’ai trouvé que le principe était extraordinairement puissant. D’ailleurs il sera primordial dans la technique de soins du Reiki Verseau que j’initierai quelques mois plus tard mais ça, à l'époque, je ne le savais pas encore.

Le mercredi 5 décembre 2007, je reçois une patiente prénommée Marianne. C’est la première fois que nous nous rencontrons. Elle a suivi les stages d’un physicien quantique, un certain Jean-Pierre Garnier Malet et m’explique que grâce à la théorie quantique du dédoublement qu’il a démontrée, en 9 mois, elle est parvenue à guérir d’un cancer.

Marianne m’offre un livre de Garnier Malet et me conseille d’assister à un de ses stages. A peine partie sortie de chez moi, je mets son livre dans un tiroir où je l’oublie aussitôt. Le titre est un peu trop sensationnel à mon goût : « Changer votre futur par les ouvertures temporelles – quand la science découvre une vérité oubliée : notre double ! »

Le dimanche 16 décembre 2007, j’accepte enfin l’invitation de Francine. Depuis deux semaines elle me presse pour aller chez elle et ce, à la demande du Padre Pio qui aurait un message urgent et important à me communiquer. J’étais très réticent car j’ai de mauvais souvenirs avec les canalisations reçues en écriture automatique par ma mère.

Finalement, après un petit resto, vers 16h10 je me retrouve assis dans la cuisine de Francine, un crayon à la main et un bloc de feuilles sur la table. Elle se met en connexion et appelle le Padre Pio. En pensées, je dis que je suis prêt à recevoir le message qui m’est destiné. A ce moment je sens que le sommet de mon crâne s’ouvre comme un entonnoir et j’entends une voix (la même que celles que j’entendais durant les 3 NDE) qui me dit : «Bonjour mon garçon. Je suis heureux que tu viennes enfin vers moi. Je suis simplement le porteur du message. Je te le transmets maintenant».

Ensuite, par l’entonnoir, j’ai reçu un important flux énergétique; j’ai vu la lumière d’une blancheur et d’une pureté intenses, la même que celle que je voyais lors des NDE. J’étais au centre de cette lumière qui formait comme un vortex circulaire autour de moi. J’avais très chaud. Je suis tombé de ma chaise et me suis retrouvé assis sur le carrelage de la cuisine. Je me souviens que je pleurais car je ne comprenais pas ce qui se passait.

Ca a duré quelques minutes puis ça a stoppé. A un moment, devant moi j’ai eu l’impression de voir un moine barbu vêtu de blanc. Impression ou réalité ? Quelle importance ? J’ai dit à ce moine : «je vous remercie pour ce cadeau mais qu’est-ce que c’est ?». Il m’a répondu : «Tu le sauras bientôt». Ensuite il a disparu. Le vortex a cessé et la chaleur est partie.

En réalité, je venais de recevoir la première canalisation à l’énergie de soins de Tsaddé Messianique, l’une des énergies qui constitue le Reiki Verseau. Cette énergie permet à l’initié d’être canal dans les deux sens et d’appliquer la théorie quantique du dédoublement dans un soin énergétique.

Depuis lors, je me suis habitué à être transformé en «entonnoir énergétique» car je canalise très souvent des énergies, qu’elles soient de soins ou simplement de développement personnel.

Après cette canalisation du 16 décembre 2007, à la demande de Marianne, j’ai ouvert le livre de Garnier Malet. En date du 5 décembre 2007, alors que nous ne nous étions jamais rencontrés au préalable, Marianne m’avait dédicacé la page de garde avec ces mots «Que ce livre t’ouvre les portes du futur, à toi Guerrier de la Lumière. Amitiés. Marianne.» A la lecture de ce livre, j’ai remarqué de nombreuses similitudes entre la théorie du dédoublement et mes pratiques en qualité de thérapeute énergétique. J’ai donc décidé d’assister à un stage de Jean-Pierre Garnier Malet en janvier 2008… mais ça, je vous le conterai plus tard.

Je vous remercie d'avoir lu cet article jusqu'ici et vous souhaite un beau chemin inondé d'Amour et de Lumière.

Coeurdialement.

René

 

********** 

René Dumonceau

Révélateur du potentiel énergétique et intuitif de chacun 

Initiateur du Reiki Verseau

Coach de Vie

 

Vous pouvez partager cet article à condition d’en respecter l’intégralité et d'en citer la source. Utilisez toujours votre discernement par rapport à ces écrits. Vous avez un Libre-Arbitre, alors utilisez-le et surtout, écoutez ce que vous dicte votre coeur. Lui seul détient votre vérité, laissez-le vous guider.

 

A lire également

 

Hermite, ma mission de Vie et de Lumière

Comment ma vie à basculé : de policier à thérapeute

 

 

Article mis à jour le 04/07/2012 + 03/10/2014 + 08/10/2016

"Au lieu d'attendre que les événements arrivent comme tu le souhaites, crée ton destin et tu seras heureux"

René Dumonceau

 

lesenergiesdevie cicatrices

  INFOS ICI

 

Commenter cet article

Message 13/10/2016 15:44

Bonjour. Quel parcours. Vous auriez pu arrêter mais vous avez continué ;) Merci pour le partage

Rene Dumonceau 13/10/2016 16:09

Bonjour. Merci pour votre commentaire et vos compliments. dans cette incarnation-ci, mon parcours sera terminé lors de mon décès. donc je continue... à vie. :-) Coeurdialement.

Sandrine 23/11/2011 14:25


Merci beaucoup René. J'ai déjà lu vos astuces énergétiques, je les ai imprimées et j'en ai même recopiées sur un cahier spécial consacré à l'énergie que je garde précieusement.


Ce que j'aime dans cette énergie, c'est que les possibilités sont illimitées, et la seule limite, en fait, c'est nous.


J'aimerais beaucoup que toutes ces méthodes de guérison soient bien plus répandues sur Terre car je pense que le monde serait bien meilleur. Et il y aurait beaucoup moins de souffrance.


Moi aussi, j'espère qu'un jour, je vivrai dans l'abondance, quelle qu'elle soit.


Bien amicalement,


Sandrine

Sandrine 23/11/2011 03:42








Bonjour René, je suis ravie d'en connaître un peu plus sur votre vie qui est vraiment fascinante.


Cela me rassure qu'il existe une énergie bienfaisante prête à agir sur nous-même ou sur les autres pour notre plus grand réconfort et bien-être. Je trouve cela formidable, mais aussi
"extraordinaire" en quelque sorte.


J'aimerais beaucoup recevoir des initiations à certaines énergies qui m'intéressent, mais malheureusement, je ne peux absolument pas financièrement parlant. Et cela me frustre beaucoup. Mais
heureusement, je connais quelques petits "trucs" pour utiliser la Lumière (ou Energie Universelle, peu importe) dans ma vie. C'est déjà ça.


Je vous remercie, cher René, pour votre belle histoire, elle me fait beaucoup rêver et espérer.


Bien amicalement,


Sandrine

René Dumonceau 23/11/2011 13:19



Bonjour Sandrine,


Je vous remercie pour ce gentil commentaire.


Sur cette page vous trouverez diverses astuces énergétiques.


C'est gratuit, profitez-en : http://www.lescheminsdelenergie.com/pages/ASTUCES_ENERGETIQUES-1374306.html


J'espère qu'un jour vous serez dans l'abondance Sandrine.


Coeurdialement.


René