Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par René Dumonceau

ventre.jpg

 

 

Il y a quelques années alors que je me regardais dans le miroir, j’ai découvert que j’avais un petit bedon. Le coquin s’était pointé sans crier gare.  Je vous avoue que lorsque j’ai réalisé la situation, j’étais sous le choc. J’ai toujours été très mince, plutôt musclée, taille 36 et 38. Un physique tout à fait acceptable selon l’avis de la plupart des personnes que je côtoyais. Mais là, l’ennemi avait montré son nez et avec beaucoup d’arrogance. Il fallait que je prenne la situation en main. J’avais alors 43 ans.

 

 

J’ai tout d’abord, fais comme la plupart d’entre vous qui me lisez, pris le taureau par les cornes. Question régime, j’avais arrêté les crèmes desserts le soir devant la télé, les gâteaux, et les sucres cachés. Je reconnais que je suis assez gourmande mais la motivation était forte. J’ai continué à faire de l’exercice tous les jours, vélo, et marche. J’ai aussi bu beaucoup d’eau, filtrée et dynamisée afin qu’elle hydrate parfaitement mes cellules. J’ai bu des tas de cocktails de plantes drainante comme de la reine des prés, et autres potions végétales. Malheureusement, quoi que je faisais, l’ennemi ne se retirait pas.

 

 

Je ne me suis pas avouée vaincue pour autant. Comme je suis thérapeute, j’ai fait des recherches pour comprendre ce qu’il se passait.

 

 

 

Pré-ménopause, c’est quoi ce truc ?


 

Tout d’abord, j’ai découvert que j’étais en pré-ménopause.

 

 

Pour moi c’était une grande nouvelle!  J’étais bien loin d’imaginer que cela pouvait exister.

 

 

Heureusement j’ai aussi découvert que ce n’était pas une maladie mais juste une étape de la vie de la femme. La période qui précède la retraite des ovaires. Quelques symptômes commencent à apparaître qui peuvent déconcerter plus d’une et encore plus leurs maris et leurs enfants.

 

 

Effectivement, j’avais souvent chaud alors que j’étais frileuse. C’était parfois pratique. Je n’avais plus besoin de monter le thermostat et de mettre 3 couvertures pour dormir. A d’autres moments, j’avais tellement chaud que je suais. On appelle cela des bouffées de chaleur.

 

 

Ma libido aussi devenait différente, j’avais des baisses de désir qui pouvait durer plusieurs semaines et des augmentations qui me surprenaient.

 

 

J’étais souvent énervée par mes devoirs maternels. J’avais envie de tout envoyer péter. Je me sentais rebelle comme une adolescente. Tout m’intéressait et j’allais dans tous les sens. J’avais envie de sortir en discothèque alors que je n’avais jamais fait ça de ma vie. Je me suis mise à changer de look. J’aimais les vêtements sexy alors que j’étais plutôt classique ou sport.  J’avais une soif de vivre, une curiosité dévorante, et puis je pouvais sombrer dans la dépression et le découragement avec des envies de pleurer et de mourir. J’avais l’impression que ma vie n’avait pas de sens et que personne ne pouvait me comprendre. Heureusement qu’à l’époque j’étais célibataire car je crois que mon compagnon aurait eu du mal à me suivre.

 

 

En lisant des tas de bouquins, des témoignages, j’ai commencé à comprendre ce qu’il m’arrivait. Tout cela était normal. Heureusement car certains jours je n’arrivais plus à me suivre.

 

 

Que se passait-il avec mon petit bedon? Le coquin s’accrochait. Il avait décidé de rester en place.

 

 

J’avais donc plusieurs possibilités, soit continuer à le combattre, soit l’ignorer ( plus difficile) soit l’accepter et le comprendre. Aussi, raisonnablement, j’ai décidé de l’accepter et de le comprendre.

 

 

 

Mon corps est intelligent.

 

 

Tous les symptômes, que je décris ci-dessus, annoncent que tout doucement, la femme arrive à la fin d’une étape de sa vie. Le corps se prépare à tout mettre en place pour l’étape suivante.

 

 

Notre vie de femme est rythmée, depuis l’âge de 12 ans, par le cycle menstruel qui se divise classiquement  en 2 phases : pré-ovulatoire et post-ovulatoire qui sont également appelée phases folliculaire et lutéale.

 

 

Les oestrogènes sont produits par le développement des follicules des ovaires, le corps jaune et le placenta.

 

 

Les 14 premiers jours commencent avec le début des règles et sont sous l’influence des oestrogènes. Après l’ovulation au 14 ème jour, la progestérone prend le relais avec un deuxième pic moins important d’oestrogènes.

 

 

Les oestrogènes sont très importants pour la santé en-dehors de la production d’ovules fécondables.

 

 

Ils sont impliqués dans le développement du système nerveux central, dans l’homéostasie du squelette et du système cardio-vasculaire. Ils assurent la fixation du calcium et donc la bonne santé des os ainsi qu’un bon équilibre hydrique de la peau. Ils ont un effet vaso-dilatateurs qui, lorsqu’ils sont en excès, peuvent provoquer des migraines périodiques soulagées par des vaso-constricteurs.

 

 

 

La nature est bien faite, elle prévoit tout.


 

Je continue mes recherches et Wikipédia, m’apprend que «certains œstrogènes sont également produits en petites quantités par d'autres tissus tels le foie, les surrénales, les seins et les tissus adipeux. Ces sources secondaires d'estrogènes sont particulièrement importantes chez les femmes lors de la post-ménopause.»

 

 

Comme tout est programmé dans notre corps, celui-ci se prépare quelques années à l’avance pour faire en sorte que le passage d’une étape à l’autre, c’est-à-dire de la fertilité à la ménopause  se passe sans inconforts.

 

 

Aussi, il prépare le corps en créant un petit bedon bien grassouillet avec un stock d’oestrone et d’oestradiol recouvrant la zone des ovaires. Le but est de pouvoir prendre le relais des ovaires alors qu’ils prendront leur retraite et ainsi assurer le confort de la femme.

 

 

 

J’aime mon petit bedon.


 

Aujourd’hui j’ai 49 ans et j’aime mon petit bedon. Je n’ai plus envie de le faire disparaître.

 

 

Ce qui est épatant avec lui, c’est qu’il est reconnaissant. Tout cet amour, il me le rend bien.

 

 

Pour l’aider, j’ai suivi les conseils du super-nana, Donna Eden. Je me suis dit avec un nom pareil, elle ne peut que donner de bons conseils. Effectivement, elle propose des exercices sur Youtube, et dans son livre «Médecine énergétique au service de la femme» qui sont très simples à faire.

 

 

Mon exercice préféré consiste à poser mes mains sur mon petit bedon et à envoyer de la lumière et de l’amour. J’en profite pour lui dire merci de préparer mon corps à vivre une ménopause en parfaite santé sans effets secondaires. 

Je peux vous dire que depuis que j’ai pris conscience du rôle positif de mon petit bedon, mes symptômes de bouffées de chaleur et de sautes d’humeur, ont fortement diminué.

 

 

Je fais totalement confiance à l’intelligence de mon corps. Je le remercie de faire si bien son travail et je l’aide en mangeant plus légèrement, en évitant les produits d’hygiènes ( selon Le Monde 13.09.13 40% des produits d’hygiènes contiennent des perturbateurs endocriniens) et en faisant de l’exercice ( yoga tous les matins).


 

 

Source de ce texte :


 

Orianne Corman www.oriannecorman.com

 

Constellatrice familiale spécialisée dans l’accompagnement des femmes ayant souffert d’abus, de violence, d’avortements, de fausses couches.

 

Organisatrice des soirées Cercles de Femmes «Sagesse de l’Utérus» sur Paris ( Neuilly-sur-Seine), tous les 2 mois.  


 

Relayé par un blog de René Dumonceau : www.lescheminsdelenergie.com

 

 


 

Je relaie ici des textes, des articles qui sont, à mon sens,

aidants et riches de significations.

Mais vous êtes libre d'adhérer ou non,

selon votre ressenti intérieur.

Vous avez votre libre arbitre, alors usez de votre discernement. 

 


 

MON-LOGO.jpg

"Chacun a de l'énergie dans les mains

et est capable de s'en servir

s'il apprend"

 

 

Eveillez vos potentiels énergétiques et intuitifs


 

Lors d'ateliers d'un jour

ou

par une formation de 2 heures par webcam



Infos sur le lien ci-dessous

 

chacunadelenergiedanslesmains.com


 

Commenter cet article