Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par René Dumonceau

ondes-cerebrales-700x525.png

 

 

Le cerveau est un territoire énigmatique, mais depuis une cinquantaine d’années, la science a élucidé certains de ses mystères. On peut accélérer ou ralentir les ondes cérébrales ou encore synchroniser les ondes de l’hémisphère droit avec celles de l’hémisphère gauche.

 

 

Les effets recherchés sont variés, et pas toujours orthodoxes sur le plan scientifique : améliorer le sommeil ou les fonctions immunitaires, surmonter la timidité, apprendre en accéléré, développer la créativité, mais aussi atteindre ce qu’on appelle des états « non ordinaires » de conscience — notamment pour faire des rêves éveillés ou des voyages hors du corps. Précisons que non ordinaire ne veut pas dire artificiel, mais qu’il s’agit plutôt d’états peu courants — on pourrait dire exigeant une disponibilité peu compatible avec notre mode de vie habituel.

 

 

 

Les ondes cérébrales



Dans les différentes zones du cerveau, l’influx nerveux fonctionne en relative cohérence et de façon rythmique : les neurones s’activent ensemble, comme une pulsation, puis se calment, puis s’activent de nouveau. Grâce à de petites électrodes placées sur le cuir chevelu et reliées à un appareil appelé électroencéphalographe (EEG, inventé en 1929), le rythme de ces pulsations peut se traduire en forme d’ondes.



L’intensité de l’activité cérébrale se manifeste par la fréquence de ces ondes. On les calcule en hertz (Hz) — un hertz égalant une ondulation par seconde. Si le graphique enregistré par l’EEG est plat, c’est qu’il n’y a pas d’activité cérébrale. Quant aux ondes générées par un cerveau actif, on les divise en quatre ou cinq fourchettes, dont les appellations viennent du grec ancien:

  • Ondes delta : de 0,5 à 4 Hz, celles du sommeil profond, sans rêve.
  • Ondes thêta : de 4 à 7 Hz, celles de la relaxation profonde, en plein éveil, atteinte notamment par les méditants expérimentés.
  • Ondes alpha : de 8 à 13 Hz, celles de la relaxation légère et de l’éveil calme.
  • Ondes bêta : 14 Hz et plus, celles des activités courantes. Étrangement, les ondes cérébrales passent au bêta pendant les courtes périodes de sommeil avec rêve (sommeil paradoxal), comme si les activités du rêve étaient des activités « courantes ».

   

Il arrive aussi qu’on parle d’ondes gamma qui se situeraient au-dessus de 30 ou 35 Hz et qui témoigneraient d’une grande activité cérébrale, comme pendant les processus créatifs ou de solutions de problèmes. (Ne pas confondre avec les rayons gamma, émis par le noyau des atomes.)



Mentionnons par ailleurs que le cerveau est divisé en deux hémisphères, puis en plusieurs aires, chacune ayant une fonction importante : aires du langage, de la sensibilité corporelle, de l’émotion, etc. En ce qui concerne les hémisphères, on sait qu’ils fonctionnent le plus souvent dans une relative indépendance, et que le gauche, généralement dominant, est le siège de la logique et du rationnel, tandis que le droit est celui de la créativité.



La fréquence des ondes cérébrales varie donc selon le type d’activités dans lequel on est engagé, mais les individus non entraînés ont relativement peu de contrôle sur celles-ci. Trop de stress, par exemple, et le système nerveux n’accepte pas de se détendre au moment indiqué; les ondes cérébrales continuent alors de se maintenir dans la fourchette bêta et il est impossible de trouver le sommeil…



D’autre part, on avance que les meilleures ressources mentales pour la créativité et la solution de problèmes se situeraient dans la fourchette des ondes thêta, auxquelles, malheureusement, on n’accède pas facilement.



Plusieurs phénomènes extérieurs peuvent jouer sur le rythme des ondes cérébrales. La science a découvert que c’est généralement un effet de résonance qui est en cause, comme lorsqu’une note jouée au piano fait vibrer à l’unisson une corde de guitare. Le battement régulier des tambours de même que le chant grégorien ou des activités physiques rythmées comme la marche procurent, à la longue, cet effet.



Modifier le rythme des ondes cérébrales, c’est une chose, mais faire adopter le même rythme par les deux hémisphères du cerveau, c’est un pas de plus, semble-t-il. La théorie veut que plus les hémisphères fonctionnent au même rythme, plus grand est le bien-être. On croit même qu’un fonctionnement « intégré » des deux hémisphères favorise de meilleures performances mentales et intellectuelles, puisque la logique (cerveau gauche) et la créativité (cerveau droit) agissent alors en synergie.



Pour faciliter le sommeil, par exemple, la fréquence différentielle des battements binauraux évolue lentement de 8 Hz à 2 Hz, favorisant donc le passage, en 40 minutes, d’un état de relaxation léger (8 Hz) à un état de transe profonde (2 Hz).

  • Activer un processus de croissance émotionnelle (développer l’estime de soi, éliminer l’autosabotage, etc.).
  • Améliorer la détente et le sommeil.
  • Augmenter la productivité et la performance mentale.
  • Apporter un soutien pendant la grossesse et l’accouchement.

 

La synchronisation des ondes cérébrales est également utilisée dans le domaine de la motivation, tant pour les hommes d’affaires et les sportifs, que pour celles et ceux voulant atteindre des objectifs personnels. On parle d’ailleurs d’« entraînement mental » et de « neurodynamique ».

 

 

Le travail d’exploration des ondes cérébrales – et plus particulièrement la recherche d’états non ordinaires de conscience – est utilisé de plusieurs manières pour le développement de la personne sur les plans Dans ce cas, il s’agit essentiellement d’une démarche spirituelle – hors du temps linéaire et pouvant atteindre les plans cosmiques.

 

 

Les recherches poussées, en particulier la physique subatomique, sont en train de vérifier ce que les religions de toutes les civilisations répètent depuis des millénaires : non seulement l’ Energie Universelle existe dans tout l’univers, mais l’univers lui-même est composé uniquement de cette Energie.

 

 

La conséquence la plus bouleversante qui en découle à tous les niveaux est qu’il n’existe plus de frontière entre moi et les autres, entre moi et le monde, car nous faisons tous partie d’un même rayon cosmique. Nous possédons la faculté de changer notre modulation de fréquence et de nous synchroniser avec d’autres fréquences, car l’Energie (et nous-même en tant qu’Energie) peut être guidée par la pensée.

 

 

L’onde d’énergie universelle, est présente dans le chamanisme ancien et dans le REIKI ou toute autre thérapie par imposition des mains.

 

 

L’imposition des mains est une méthode sacrée qui permet la communion avec la nature dans le but de guérison et de guidance spirituelle. Le Reiki ou thérapie énergétique permet à l’être de se purifier et d’ouvrir sa conscience.



D’une manière plus scientifique, il permet de lâcher prise en agissant au niveau cérébral par l’émission d’ondes alphas (ondes du nourrisson) et même d’onde thêta en méditation profonde. Cette émission d’ondes entraîne un état de conscience modifié. Les ondes Bêta de l’état de veille quotidien sont celles qui finissent par entraîner le stress, la fatigue et l’usure. En favorisant ces états de conscience, le Reiki entraîne un bien-être et un certain rajeunissement de la personne. Ce rajeunissement peut être vécu à bien des niveaux : physique, mental et émotionnel créant une harmonie vibratoire de vie. Les ondes théta et alpha permettent d’accéder à une créativité, une intuition et à une ouverture aux phénomènes paranormaux allant jusqu’à un contrôle absolu du corps (source : l’énergie secrète de l’univers de Maxence Layet).



Le REIKI, c’est l’’Energie Universelle de Vie, cette source d’énergie qui crée ces changements d’énergie subtile électromagnétique dans le corps humain est aussi responsable des énergies qui conduisent aux guérisons spontanées.



Il prend des noms différents selon la tradition. En chinois c’est le Chi (comme le Taï Chi, ou l’énergie présente en acuponcture) ; pour les hébreux YHWH, la shekhinah ; pour les chrétiens c’est la Lumière, l’Esprit Saint ou Dieu ; pour les indous c’est la Shakti, la Kundalini ; pour les russes c’est le Bio Plasma ; pour l’école ésotérique c’est la Force Cosmique ; d’autres l’appelleront Conscience Universelle ; enfin, pour les enfants de Stars Wars, c’est la Force !



Ce qu’il est très important de comprendre, c’est que la guérison ne peut se faire que si le malade veut guérir ! En effet, il a été démontré scientifiquement que 40% de la guérison intervient par la volonté du patient ! C’est un véritable travail en synergie, en binôme : thérapeute/patient, et avec le corps médical lorsque ce dernier accepte la thérapie énergétique comme c’est le cas dans plusieurs pays, la France étant toujours à la traîne dans ce domaine.



L’auto-traitement par imposition des mains, peut être vu comme un exercice de méditation qui va induire en nous, un changement de perception, une émission d’ondes théta et alpha et un équilibrage des deux hémisphère du cerveau. La question qui devrait se poser naturellement à toute personne c’est: qu’est-ce qui se passe exactement lors de la méditation ?

 

 

 

Les endorphines


Le corps humain produit des neurotransmetteurs et ce qui nous intéresse ici est une certaine catégorie de neurotransmetteurs : les endorphines.


Les endorphines :

  • Ce sont des substances chimiques, produites donc par le corps dans certaines conditions et dont la présence (ou la carence) dans l’organisme a un puissant impact sur nos humeurs, notre état d’esprit, notre bien-être, notre réactivité et nos émotions.
  • Elles ont pour propriété d’éliminer le stress, d’apaiser la douleur (physique, morale), de neutraliser les états dépressifs, de régénérer sur le plan énergétique et nerveux.
  • De plus, elles permettent d’améliorer les capacités (à apprendre, à gérer les évènements, à solutionner les problèmes…), renforcent l’optimisme et l’élan.
  • Et, cerise sur le gâteau : elles donnent des sensations de plaisir, de plénitude, d’euphorie…

 

On a pu les appeler : les neurotransmetteurs du bonheur.



Les États de Conscience


  • ECO : Dans le quotidien, nous vivons dans ce que l’on appelle l’état de conscience ordinaire (ECO) qui est une orientation du mental et de l’être sur l’extérieur de soi (travail, activités, nécessités et obligations…). L’ECO est lié aux ondes cérébrales Bêta et est consommateur d’énergie vitale. Il use et n’amène pas le corps à produire des endorphines.



  • ENOC : C’est un état non-ordinaire de conscience. Dans un ENOC, l’on est orienté sur l’intérieur de soi, sur son corps, sur son ressenti et, surtout, sur ses forces profondes. Dans l’ENOC, la régénération énergétique se fait en douceur, il y a production d’endorphines et l’on y trouve de ce fait mieux-être, plaisir, euphorie… La transe, la méditation est un ENOC très puissant contre le stress, la fatigue, la dépression, les blocages….




La résonance de Schumann


Le Pr Toni Bunnel observa, en 1997, que le champ biomagnétique généré par le soin de Reiki, avait une configuration identique à celle de la résonance de Schumann (une onde stable au sein d’un couche de l’atmosphère, entre le sol et 54 km, animée de grands éclairs ; soit juste sous la ionosphère) et qu’il suivait les mêmes algorithmes mathématiques. En effet, la Terre se conduit comme le corps humain à l’image d’une sorte de circuit électromagnétique.


En observant les modifications électromagnétiques des participants à la pratique du Reiki, les scientifiques ont mesuré que le champ généré par eux était de 1.000 fois supérieur à la moyenne lors d’échanges entre deux humains normaux. Un telle augmentation est impossible à susciter avec l’énergie naturelle de nos corps humains. Or, les corps n’étaient reliés à aucune source électrique ou aucun champ électromagnétique particulier. Les mesures enregistrées étaient impossibles à obtenir dans l’état actuel de nos technologies. Alors que se passait-il durant les soins ? Comment se faisait-il que deux humains soient capables de générer un champ aussi puissant et précis ?


Le Pr Bunnel a suggéré qu’il pourrait y avoir une transmission d’information entre la vague électromagnétique constante (dite de Schumann) de la cavité au-dessus de la Terre et les praticiens de Reiki selon une des particularités des zones électromagnétiques des fractales de transmettre de l’information sans énergie, ni matière.


Dès lors que les pratiquants de Reiki se positionnent, le transfert s’opèrerait entre la constante de Schumann autour de la Terre et eux, produisant une mise à l’unisson des deux ensembles électromagnétiques. A vrai dire, on avait observé ce phénomène dans les phases de sommeil profond, où le corps se relâche totalement et la conscience se déconnecte du sentiment de ” moi “.


La constante de Schumann constituerait de plus, non seulement un auxiliaire de la vie, mais aussi le support d’un processus de perception extrasensorielle. On retrouve ici l ‘affirmation de Mikao Usui que le Reiki est un des aspects d’une intuition transcendante dont il aurait eu la révélation au mont Kurama.


Au final, la compréhension du Reiki selon les données de la science se précise. Des champs électromagnétiques complexes déterminent l’organisation de tous les systèmes biologiques. Fondamentalement, nous sommes donc des êtres électromagnétiques, plutôt que chimiques ; ce qui, soit dit au passage, explique le peu de résultats à long terme des médicaments chimiques. L’interaction ondulatoire, plus que la chimie, est la clef qui détermine la structure biologique d’un être et son fonctionnement optimal.


Aussi, un des effets du Reiki qui est de calmer l’activité mentale serait bien essentiel ; la méthode permettant d’installer le libre cours (ou périodes de silence du Thalamus, comme dans le sommeil profond) et d’être entraîné par les rythmes géophysiques naturels, sans interférence du mental.


Sans nier une action au niveau quantique, nous demeurons convaincus que le Reiki prendrait sa force dans une action mettant en oeuvre la théorie des fractales et la résonance Schumann. La nature fonctionne comme une sorte d’hologramme gigantesque : dans chacun des éléments de la nature, on retrouve une image floue du tout. Par exemple, les cellules comportent deux types d’information : une générale sur le corps, et une particulière sur la cellule.


Notre opinion est que le Reiki réveille dans notre corps ce qui est au-delà de notre dimension purement humaine. Le Reiki éveille ce qui en nous est lié au tout ; c’est à dire au cosmos qui nous entoure.


Le principe organisateur des fractales conduit donc à interpréter le Reiki comme un ré-ordonnancement du corps et de la conscience selon le schéma naturel ; et non plus selon nos petites convictions personnelles, notre hérédité et le conditionnement socio-culturel de notre cadre spatio-temporel.


Dans le cadre de réflexion de la médecine chinoise et japonaise, l’enseignant de Reiki est donc avant tout un praticien qui a bénéficié, de l’effet du cercle zodiacal sur son propre système duodénaire et des stations lunaires sur son système octogonaire, et est capable de les mettre en œuvre au bénéfice d’autrui. A ce titre, il peut être qualifié d’agent ” spirituel ” ; spirituel car le ciel suit la dynamique de course des astres en spirale, d’où le terme latin spiritus. D’un point de vue scientifique, il pourrait être vu comme un vecteur de fractales.



Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source: (16/10/2014) : http://elisheanportesdutemps.terrenouvelle.ca

 


Relayé par un blog de René Dumonceau qui vous fait remarquer que :


Je publie et relaie ici des textes et des articles

qui sont, à mon sens,

aidants et riches de signification.

Mais vous êtes libre d'adhérer ou non,

selon votre ressenti intérieur.

Vous avez votre libre arbitre, alors usez de votre discernement.

 

 

 

Commenter cet article