Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par René Dumonceau

Je vous livre ici une expérience que j'ai vécue au plus fort de l'été dernier. Il faisait très chaud. Je ne savais pas dormir et j'ai eu envie de me promener seul dans les rues de mon village mais ...


Je suis un citoyen ordinaire....quoique... !?




Ces derniers jours, il fait chaud, très chaud, trop chaud pour vivre normalement.


Hier, jeudi trente-et-un juillet deux mil huit a été la journée la plus chaude de la semaine.

J’avais l’impression que j’allais faner telle une plante qui manque d’eau.

 

 

La nuit, les murs des maisons restituent la chaleur emmagasinée pendant la journée.

Dans les chambres, l’air est moite, irrespirable.

Dans ces conditions, il est difficile de trouver le sommeil. Alors, la nuit dernière, j’ai décidé d’aller là où il fait bon vivre : dehors.

 


Je suis allé marcher dans le jardin.

J’étais nu-pieds.

Il n’y avait aucune rosée : l’herbe était totalement sèche.

Les poules dormaient dans le poulailler tandis que les trois oies, disposées en triangle, surveillaient alentours.

Il faisait extrêmement noir, la couverture nuageuse était basse.

Il n’y avait pas de lune dans le ciel et il n’y avait aucun bruit au dehors.

La légère brise était délicieuse et la température, superbement agréable.

Encore meilleure que la nuit précédente que j’avais passée dehors, dormant sur un transat jusqu’à l’aube.

 

Ces derniers jours, j’ai peu de contraintes au niveau de mes horaires.

Alors, j’ai décidé d’aller me promener dans le quartier.

Il était près de deux heures lorsque j’ai refermé la barrière du jardin derrière moi.

J’étais vêtu d’un short et d’un tee-shirt de couleur claire, j’avais des sandales aux pieds et j’avais pris la précaution d’emporter mon portefeuille et ma carte d’identité.

 


Je n’avais pas envie de me retrouver dans le noir, perdu au milieu des champs et des chemins de remembrement mais j’avais seulement envie de marcher dans les rues désertes du village.

 


J’ai emprunté la petite rue de gauche au lieu de monter tout droit vers les champs d’où venaient les bruits des monstres agricoles. Ils travaillent toute la nuit afin de terminer la moisson avant l’arrivée des orages.

 


La nuit, tous les chats sont gris…. Sauf le mien qui, jour et nuit, est toujours blanc avec une queue couleur chocolat. Il a cheminé une minute avec moi mais il s'en est vite retourné jouer avec sa Belle.

 


La nuit, tout est différent. Les ombres sont celles créées par les sources de lumière artificielle. Le monde de la nuit est différent même s’il est constitué des mêmes gens.

 


Je me souviens quand j’étais jeune gendarme à la brigade de Bruxelles au début des années quatre-vingts, j’adorais patrouiller la nuit. J’ai toujours aimé vivre la nuit. La nuit, je suis dans mon élément. C’est mon ambiance, c’est mon chez moi et aussi, j’adore photographier les lumières de la nuit.

 

Je marche donc sans bruit dans cette venelle à sens unique qui mène de chez moi à l’école primaire. Je respire avidement les odeurs de la nuit, le parfum des massifs de fleurs et des arbustes qui bordent les maisons.

 


Arrivé à hauteur de l’école, je tourne à droite et je commence à monter l’allée qui mène vers le hall des sports et l’extérieur du village, à la limite des champs.

 


Mais, que fait donc cette voiture foncée dans la cour de l’école ?

Je m’approche et je l’examine.

Je ne décèle rien de spécial.

Je vois de la lumière dans une salle de classe du rez-de-chaussée.

Il n’y a aucun bruit et aucune ombre ne passe derrière les rideaux.

Apparemment, il n’y a aucune trace d’effraction à la porte d’entrée de l’école.

 

Je m’approche des fenêtres pour regarder à l’intérieur.

Mais, tout à coup, je vois une lumière orange qui clignote sur la façade du bâtiment principal de l’école : l’alarme silencieuse a été déclenchée.

Est-ce à cause de moi, pensais-je  ?

Non car je ne suis pas dans l’enceinte de l’école et je n’ai touché à rien.

 


M’intéresser à tout ce qui me paraît inhabituel ou suspect est totalement naturel pour moi.

J’ai été formé pour déceler et intervenir en pareilles situations.

Affronter le danger a été mon métier pendant trente ans.

 


Mais il y a trois ans, je me suis élevé contre ma hiérarchie, contre un vilain bonhomme en particulier ; j’ai porté plainte à sa charge pour menaces et harcèlement moral. Quelques années plus tard, cette procédure m’a éclaté au visage et j’ai été viré comme un malpropre le quinze mai deux mil sept.

 


Depuis lors, je ne suis plus porteur de cette petite carte de banque de couleur orange qui m’autorise à avoir certains réflexes et à être considéré comme un citoyen au-dessus de tout soupçon.

 


Alors…... la nuit dernière, je ne me suis pas approché de la fenêtre de la classe où il y avait de la lumière.
J’ai fait demi-tour et je suis retourné me fondre dans l’ombre protectrice de la nuit.

 

Par cette nuit terriblement noire, j’ai fui les éventuelles questions qu’un policier poserait au rôdeur que je pourrai être... à ses yeux.

 


Dans les ténèbres de cette douce nuit d’été, je suis allé marcher sur les chemins qui traversent les champs. Ma promenade solitaire a été bercée par le ronronnement des monstres agricoles qui moissonnaient au loin.

 


Ensuite, je suis revenu chez moi en étant attentif à ne faire aucun bruit, à ne pas me faire voir et n’éveiller l’attention d’aucun animal domestique au sommeil léger.

 


Il me faudra encore un peu de temps pour intégrer l’idée que maintenant

 

« je suis un citoyen ordinaire… quoique…. !? ».

 

 

 (René Dumonceau - 01/08/2008)

 

 

 








Contact et infos :

Commenter cet article

Gwendoline 17/11/2008 15:07

Voici comme promis quelques nouvelles. J'ai un peu mieux dormi la nuit de samedi. La journée de dimanche s'est déroulée normalement par contre j'ai passé une mauvaise nuit comme celles que je passe depuis des semaines. Je n'ai pas su me lever seule, ma kinésiste a dû m'aider à me lever en me portant (ce n'est pas la première fois).J'étais également de très mauvaise humeur (sans raison) puisque la veille je me suis fort bien amusée au baptême d'un petit neveu. Physiquement rien de nouveau à signaler si ce n'est que je suis fatiguée et sans trop d'énergie.A bientôt

René Dumonceau 17/11/2008 17:24


Bonjour Gwendoline.

Je vous remercie de me donner de vos nouvelles.
La séance de soins que nous avons effectuée ensemble samedi dernier a été très riche.
Vous avez évacué plusieurs émotions qui étaient en vous depuis longtemps.
Il est donc normal que vous ne soyez pas très bien dans les jours qui vont suivre car vous devez faire le deuil émotionnel de ce que vous avez évacué durant cette séance de soins.
Normalement vous devriez commencer à voir le bénéfice de cette séance dans trois ou quatre jours.

J'ai écrit un article qui concerne cette séance de soins. Vous le trouverez sous le lien suivant :http://www.lescheminsdelenergie.com/article-24831443.html

Bonne continuation Gwendoline.
Coeurdialement.
René 



sandrine 17/11/2008 10:21

j'ai contactée rene par telephone il y a 1 jour et j'ai eu un homme admirable.D'une enorme gentillesse qui était a mon ecoute et de part sa grande generosité ma fait un soin a distance et gratuitement car je lui ai expliquée que je ne pouvais le payer.je vous conseille de prendre contacte avec lui car c'est vraiment une rencontre a fairemerci mille fois encore rene et que votre vie soit belleamitié sandrine

René Dumonceau 17/11/2008 12:58


Bonjour Sandrine,

Je vous remercie pour votre témoignage.
Il me donne chaud au coeur.

J'espère que votre vie sera meilleure, maintenant.
Avec ce soin à distance, je vous ai également transmis l'initiation au Reiki Verseau.
Pour qu'elle soit effective, n'oubliez pas d'appliquer la procédure que j'explique sur cette page du mon blog : http://www.lescheminsdelenergie.com/article-22797327.html

Belle journée à vous, Sandrine.
Coeurdialement.
René





delphine 26/10/2008 21:46

cette lecture me touche beaucoup.je lis vos billets depuis un certain temps et je les aime bien ils sont instructifs,drôles, ils éveillent...bref mais celui ci me donne envie de me manifester, à sa lecture on sent toute la sensibilité et les contradictions que génèrent l'intégrité merci de cette belle description mais aussi (pour être un peu plus légère)de m'avoir spermis me rememorer l'ambiance des nuits d'été dans ce beau pays que j'aime tant bien amicalementdelphine

René Dumonceau 29/10/2008 18:01



Bonjour Delphine,

Je vous remercie d'avoir laissé ce commentaire sur mon blog.
Cela me fait chaud au coeur de savoir que l'on apprécie mes articles.

Au sujet de celui-ci, il faut dire que j'ai été gendarme et ensuite policier judiciaire pendant 30 ans et que depuis que j'ai démissionné, je ne suis pas très bien vu au niveau supérieur de la
police de mon pays.

Pendant 30 ans j'ai été un citoyen au-dessus de tout soupçons et maintenant je pourrai passer pour un citoyen suspect aux yeux de mes ex-semblables. Je ne m'habitue pas facilement à cet état.

C'est la raison pour laquelle j'ai désiré publier cet article.

Que votre vie soit belle et pleine de lumière, Delphine.
Cordialement.
René