Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

AU MENU DE CE BLOG

 

 

AIDER SON ENFANT AVEC LA SOPHROLOGIE

 

 

 

 

ET ENCORE...

 

La Lune
 

Dans les 24h00

QUI SUIVENT

CHAQUE

NOUVELLE LUNE 

rédigez VOTRE

CHEQUE

D'ABONDANCE

POSITIVE

 

Nouvelle lune le

26 février 2017

à 16h00 (France)

 

 

 

Ne laissez pas

le stress

de

votre travail

rentrer chez vous

avec vous

Nettoyez

et

harmonisez 

l'énergie

de votre

habitation 

et de votre

lieu de travail

INFOS ICI

 

Publié par Rene Dumonceau

Pour apprendre à vivre, il faut avoir le courage de donner un sens à nos souffrances

Je pensais que je n’en parlerais jamais. C’était mon secret. Et je n’avais aucune intention de permettre à quiconque d’avoir accès à mes fragilités et à mes failles. Puis, peu à peu, j’ai eu envie de raconter mon histoire ... 

Je porte en surface ce qui fait mal à l’intérieur. La peur, l’abandon, la violence, la colère… C’est une façon de se protéger de tout ce qui échappe au contrôle. Même si, à force de se protéger, on risque d’en mourir. 

Pour apprendre à vivre, il faut avoir le courage de donner un sens à toute cette souffrance. 

Certes, pour s’en sortir, il n’y a pas de recettes magiques. Comme le prétendent certains. Comme l’espèrent d’autres.

Mais il existe une chose plus précieuse que de simples recettes : la force des mots. Ceux qui permettent de dire mille et mille fois les mêmes choses, les mêmes instants, les mêmes incertitudes, les mêmes regrets… Ceux que l’on peut rechercher pendant des années et qui, un jour, réapparaissent pour nommer l’innommable.

J’ai toujours été une enfant sage. Mais à quel prix ? Qu’ai-je dû sacrifier à jamais pour être sage ? Si sage qu’en cours de route j’ai oublié ce que je voulais… Pis encore, qui j’étais… 

Les mots servent à retrouver le fil perdu. Ces instants de peur ou de violence qui m’ont construite. Ces espaces de non-reconnaissance et d’abandon. Ces "non" à tout ce qui n’avait pas été prévu à l’avance, décidé par ma mère, calculé pour mon "bien".

Ces années pendant lesquelles quelque chose s’est cassé à jamais. La joie de vivre. La liberté. L’envie… Oui, tout simplement l’envie de faire quoi que ce soit.

Longtemps, j’ai cru pouvoir tout oublier, «comme si» rien n’était arrivé. Comme s’il suffisait de me cacher derrière des arguments rationnels pour donner du sens à mon existence. Comme si l’important était la cohérence et la rigueur des arguments.

Longtemps, j’ai cru que la philosophie était cela : expliquer le monde pour mieux le contrôler. Ce n’est qu’ensuite que j’ai découvert que les théories abstraites, souvent, sont dérisoires.

Tantôt des préjugés inutiles et stériles. Tantôt du bavardage savant. Et que la seule chose à laquelle il vaille la peine de rester fidèle, est la recherche du sens de notre vie, qui ne cesse de nous échapper, propre à la vulnérabilité de la condition humaine.

Si je n’avais pas vécu tout cela, je ne serais probablement pas devenue celle que je suis. Je n’aurais peut-être pas compris que la philosophie est surtout une façon de raconter la finitude et la joie. Les oxymores et les divergences. L’immense courage qu’il faut pour arrêter de souffrir et la fragilité de l’amour qui donne du sens à l’existence...

Auteure : WILLO. Texte figurant sur la page de profil de son blog.

 

Les souffrances de WILLO, tout ce qu'elle évoque ici, nous sommes nombreux à l'avoir vécu ou à le vivre depuis notre naissance et parfois bien avant. Quand nous étions dans le ventre de notre mère... Ou, pour ceux qui y croient, lors de précédentes incarnations.

S'en sortir seul, c'est difficile. En parler à un professionnel n'est pas souvent facile non plus car on a peur de ce qu'il pensera, de son jugement ou on ne sait pas toujours comment expliquer, par où commencer à expliquer ou tout simplement : on ne sait pas mettre des mots sur nos ressentis, sur nos émotions et sur ce qui ne va pas.

Et parler de ces choses-là, ça réveille les douleurs, les vilains souvenirs et c'est pas marrant.

Alors, bien souvent on ne fait rien. On s'évade ailleurs... alcool, médicaments, stups, dépression, fibromyalgie (oups, ça n'engage que moi d'écrire que la fibro est d'origine émotionnelle), burn-out, pensées suicidaires, stress, etc...

"D'accord mec, c'est bien tout cela. Tu écris gentiment tes salades sur ton blog mais ton article ne sert à rien. Il ne fera pas avancer le "schmilblick" sauf si tu as un truc de concret à proposer."

Ca tombe bien, j'ai justement vu un truc qui a l'air superbement efficace et où il y a même des témoignages. On y parle d'énergie quantique transmise lors de votre sommeil et qui, grâce à l'application de la théorie quantique du dédoublement, permettent aux personnes qui en reçoivent, de retrouver un mieux-être certain, petit à petit, sans avoir besoin d'expliquer tout à un étranger et surtout, sans avoir besoin de repenser à tout cela ou de le revivre.

Infos sur ce lien

 

Vous pouvez partager cet article à condition d’en respecter l’intégralité et d'en citer la source. Utilisez toujours votre discernement par rapport à ces écrits. Vous avez un Libre-Arbitre, alors utilisez-le et surtout, écoutez ce que vous dicte votre coeur. Lui seul détient votre vérité, laissez-le vous guider.

 

 

lesenergiesdevie cicatrices

 

 Infos : CLIQUEZ ICI

 

 

Commenter cet article