Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

AU MENU

 

Le hasard n'existe pas, il n'y a que des rendez-vous !

 

 

 

collier ndebele iphansi de la boutique d'IKAYA MOSSY qui travaille avec les artisans des pays d'Afrique et les aide à vivre décemment
Découvrez ce beau collier Ndébélé Iphansi dans la boutique d'Ikaya Mossy. Cliquez sur la photo.

 

 

 

64305 visiteurs uniques en août 2017 sur lescheminsdelenergie et anniversaire des 9 ans cherche partenaires commerciaux

comment insérer des la publicité et du storytelling sur le blog lescheminsdelenergie.com


 

 

Outil de traduction gratuite de site Internet

 

 

ET ENCORE...

 

bracelet aux couleurs des 7 chakras sur la boutique de Miss Zen
Découvrez ce bracelet aux couleurs des 7 chakras sur la boutique de Miss Zen. Infos, cliquez sur la photo

 

La Lune
 
 

NOUVELLE LUNE

mercredi

20/09/2017

à 07H30

(France)

 

EQUINOXE

D'AUTOMNE

Vendredi

22/09/2017

à 22h02

(France)

 
comment rédiger une chèque d'abondance positive sur blog rené dumonceau

 

 

chèque abondance positive partagez vos expériences dans le groupe facebook
 

 

lampe magie de la lune sur la boutique de miss zen présentée par rené dumonceau
Cette superbe lampe "Magie de la lune" reproduit parfaitement les formes et les couleurs de la lune. Entre vos mains, elle livrera tous ses mystères et sa romance. Découvrez-la sur la boutique de Miss Zen en cliquant sur la photo !

 

 

 

 

Publié par Rene Dumonceau

Apprendre la valeur de la Vie à nos enfants...

Un jeune homme sollicita un poste dans une grande entreprise. Après l’entretien d’embauche de sélection, le directeur adjoint l’envoya vers le directeur général pour une dernière entrevue. Le directeur a bien regardé son CV : il était tout simplement excellent (de grandes écoles, de beaux stages…). Aussi, le DG lui a demandé : « As-tu reçu une bourse d’étude pendant ton cursus scolaire ? » Le jeune diplômé lui a répondu tout simplement « non ».

« Est-ce ton père qui a payé tes études ? »

« Oui » répondit le jeune.

« Où travaille ton père ? »

« Mon père fait des travaux de forge. »

Le directeur a demandé au jeune de lui montrer ses mains. Le jeune lui a montré une paire de mains lisses et parfaites.

« As-tu jamais aidé ton père dans son travail, ne serait-ce qu’une seule fois ? »

« Mon père a toujours voulu que j’étudie davantage. En outre, il peut mieux faire ces tâches que moi.»

Le directeur a dit : « J’ai une demande à te faire : quand tu iras à la maison aujourd’hui, observe et lave les mains de ton père puis reviens me voir demain matin. »

Ni une ni deux, le jeune s’empresse de prendre congé pour aller vite répondre à la requête du DG.

Quand il rentra à la maison, il se mit à chercher son père et lui demanda la permission de laver ses mains.

Son père se sentit heureux de la subite attention de son fils et les lui présenta avec bienveillance. Après un temps d’arrêt, le jeune homme entreprit de laver doucement les mains paternelles. Pour la première fois, il se rendit compte de l’état des mains de son père : elles étaient ridées et avaient tant de cicatrices qu’il pouvait à peine toutes les compter. Certaines d’entre elles étaient encore à vif et quand il avait le malheur d’y toucher, son père tressaillait de douleur.

Pour le jeune homme, ce fut comme un seau d’eau glacée lancé en plein visage ! Il se rendit peu à peu compte du sacrifice de son père. Car chacune de ces cicatrices représentait le prix à payer pour SON éducation, SES activités de l’école et SON futur.

Après avoir fini de nettoyer les mains de son père, le jeune commença à mettre de l’ordre dans l’atelier. Cette nuit-là fut un magnifique moment ‘père et fils’ durant lequel ils parlèrent très longtemps.

Au matin suivant et comme prévu, le jeune est retourné voir le directeur.

Ce dernier s’est vite rendu compte des larmes dans les yeux du jeune homme. Aussi lui-a-t-il demandé : « Peux-tu me dire ce qui te fait pleurer et ce que tu as appris hier en rentrant chez toi ? »

Le jeune a répondu : « j’ai nettoyé les mains de mon père puis j’ai fini par ranger son atelier… mais ce n’est pas le plus important. Je sais maintenant reconnaître ce qui mérite d’être apprécié. Sans mon père, je ne serais pas celui que je suis aujourd’hui. En aidant mon père, je me suis rendu compte de la dureté de son labeur et de mon arrogante indifférence. Aujourd’hui, j’apprécie son sacrifice à sa juste valeur et le trésor qu’est l’aide familiale.

Le directeur a dit : « Voilà ce que je cherche chez mon personnel. Je veux engager des personnes pouvant apprécier l’effort fourni par les autres, des personnes qui ont conscience de la souffrance d’autrui, des personnes qui ne mettent pas l’argent comme seul objectif dans la vie… Tu es embauché ».

Un enfant trop protégé à qui les parents donnent tout ce qu’il veut, développe « une mentalité de droit » et ignore les sacrifices qu’il a fallu faire pour en arriver là! Si vous vous reconnaissez dans ce type de parents protecteurs, pensez-vous agir pour le bien de vos enfants ou au contraire, les guider sur le mauvais chemin?

Vous pouvez donner à vos enfants ce qu’ils souhaitent le plus au monde : une maison chaleureuse, un bon repas, une grande école, un téléphone portable dernier cri… Quand vous devez faire le ménage ou peindre une chambre, pensez tout simplement à les mettre à contribution. Après avoir mangé, qu’ils lavent et rangent la vaisselle entre frères et sœurs pour apprendre la vraie valeur de l’entraide et les qualités nécessaires pour mener une belle vie. Un jour, quand vous aurez les cheveux bien blancs, vous serez heureux de voir vos enfants épanouis, suivre votre exemple et apprendre à leurs propres enfants l’expérience de la difficulté et l’importance du travail en groupe !

 

Source : Inconnue (je n'ai pas trouvé l'origine exacte de cet article).

Relayé par un blog de René Dumonceau

 

Commenter cet article

Imprimer un livre 01/03/2017 15:47

Bonjour, les enfants d'aujourd'hui ont tendance à trouver facilement ceux qu'il souhaitent. Je suis donc de même avis sur cette méthode d'apprendre la valeur de la vie à nos enfants.

Anne-Marie 24/04/2016 21:39

Bonsoir,
J'ai surement trop protégée ma fille qui aujourd'hui a peur d'affronter LA VIE... du coup je me sens coupable car j'ai l'impression qu'elle ne sera pas capable de se débrouiller s'il m'arrivait quelque chose...
Pourtant cela avait bien commencé, mais à l'adolescence, suite à la séparation du couple, la famille brisée, elle a perdu pied !!
Je ne sais maintenant comme faire pour l'aider...
Au moins ce jeune homme a eu un cursus scolaire et est tombé sur un bon DG, ma fille elle a quitté l'école à moins de 16ans pour phobie scolaire/dépression et à 21 ans, elle ne sait pas/plus où aller
Merci pour cet article qui ouvre les yeux