Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Jean-Luc Ayoun

ASCENSION – Décembre 2015 – CHRIST

Je vous salue, enfants de la Source Une, je suis Christ. Paix à vous, Paix sur vous et Paix en vous.

 

 

Le décompte du temps est terminé, il n’est plus temps de compter ni de décompter quoi que ce soit. En un temps court je viendrai laver, de manière définitive, vos robes de Lumière.

 

 

Je ne vais pas faire de grands discours ni même proposer quoi que ce soit d’autre que votre Présence et ma Présence réunies, dans le même Cœur Sacré d’où provient toute joie et tout contentement.

 

 

Je viens annoncer le règne de l’Amour, qui n’a que faire de ce qui est éphémère parce que l’Amour ne peut être qu’éternel, en sa Liberté et en sa manifestation.

 

 

Je suis dorénavant avec vous, comme je l’ai toujours été, mais que l’illusion du temps vous a empêchés de vivre de manière infinie.

 

 

Je viens sonner en vous le temps de la Résurrection. Je viens rassasier votre cœur et consoler ce qui doit l’être afin que nulle larme ne vienne encombrer la liberté de l’Amour.

 

 

Ce qui devait être tranché l’a été. Ce qui reste à trancher sera éclairé par le Feu de l’Amour, et cela est maintenant. Il n’est plus temps de compter le temps, il est temps de laisser et de rendre l’illusion à elle-même.

 

 

Je m’adresse au cœur de chacun, ici comme partout.

 

 

Ainsi je recevrai chacun de vous, à l’ultime temps de l’épuration et de la Résurrection. Mais d’ores et déjà je vous invite à me confier vos dernières lourdeurs, vos derniers poids, vos dernières difficultés.

 

 

Je viens accomplir ce qui a été énoncé voilà plus de deux mille ans. Vous êtes effectivement rentrés de plein cœur dans le temps de la fin des temps, celui qui ne connaît aucun temps, qui ne connaît que la magnificence de l’Amour, de la Joie et de la Vérité.

 

 

Qui que vous soyez, quelque niveau que vous pensiez encore être ou ne pas être, je m’adresse à ce qui brûle en votre Temple et qui consume ce qui peut rester d’illusion.

 

 

Je viens accomplir le retour de la Terre à sa vérité éternelle. Entendez bien, au-delà de ce qui est prononcé et de ce qui est dit. De plus en plus nombreux parmi vous, vous allez ressentir et éprouver la vérité de ce qui est là, ancré dans la chair, ancré en le noyau de la Terre.

 

 

Va retentir en vous l’hymne éternel de l’Amour afin que plus jamais ne puisse prévaloir le mensonge. Où que vous regardiez à l’extérieur de vous, votre cœur ne voit que désordre, conflit et mensonge. Je viens rétablir la vérité de l’Amour, ne pouvant se cacher derrière aucun fait et aucun mot.

 

 

Je m’adresse à vous et à chacun, afin qu’il se pose en sa vérité, en le cœur. Je viens vous inviter à donner, à vous donner et à tout donner, à ne garder que ce qui est éternel, ce qui est vrai, ce qui vous nourrit en vérité.

 

 

Vous êtes rentrés dans la vision de vos propres yeux, de ce qui avait été énoncé par le bien-aimé Jean et par les innombrables prophètes qui vous ont prévenus, qui vous ont alertés, afin de vous réveiller du cauchemar du mensonge, du cauchemar de la personne.

 

 

Le temps de l’Amour est décrété sur cette Terre de manière visible et tangible, quoi que disent ceux qui maquillent la vérité. Il n’y a plus d’urgence puisque tout est accompli et se dévoile sous vos yeux, en vous, si vous acceptez de vous voir tels que vous êtes et non pas tels que le monde vous a fait.

 

 

Je viens révéler de manière évidente votre Royauté d’Éternité, votre Royauté de Cœur, qui n’a que faire des règles et conventions de votre monde, qui n’est pas votre monde.

 

 

Tout a été tranché. Tout ce qui est mort est déjà mort, même s’il ne le sait pas. Alors que vous, enfants de l’Un, vous êtes vivants. Non pas de cette vie qui s’écoule et qui fuit mais de la vie éternelle, de la vie véritable et de la vie en l’Amour. Quoi que vous pensiez, quoi que vous doutiez, quoi que vous ayez vécu, ne retenez rien. Tenez-vous debout en la Lumière éternelle de l’Amour.

 

 

Beaucoup parmi vous, où que vous soyez, vivez dans ces jours-ci la paix ineffable de l’Amour, même si vous ne pouvez encore y poser des mots sûrs et certains. Par vos sens, par votre intelligence, par votre intériorité, par ce qui est donné à voir dans le spectacle de ce monde, il n’y a pas d’autre issue que la révélation de l’Amour et de l’éternité de la Vie, qui n’a rien à voir avec ce qui est appelé la vie, telle qu’elle est vécue ici sur ce monde.

 

 

Il est temps dorénavant de clôturer le temps de la mort, car en définitive rien ne meurt que ce qui ne fait que passer, que ce qui ne fait que durer dans un espace de temps donné.

 

 

Oubliez toutes les conditions et plongez là où vous serez rassasiés, là où nul doute ne peut émerger, en dépit de ce que dit ce monde et de ce qu’il vous montre.

 

 

Vous découvrez qu’il n’y a pas d’autre issue que l’Amour, faisant fi même de toute notion de responsabilité, de culpabilité, d’erreur ou de mémoire, qui ne concerne en rien l’Amour.

 

 

Vous êtes dorénavant les Fils de l’Homme. La Voie, la Vérité et la Vie, l’Alpha et l’Oméga. Où que vous vous teniez encore, vous ne pourrez plus vous y maintenir. Il vous faut disparaître du paraître, apparaître en l’être éternel, mettant fin au mirage et au manque.

 

 

Vous n’avez pas d’effort à fournir, vous n’avez pas d’effort à faire, ni même à croire à qui que ce soit ou en quoi que ce soit. Plongez, là où je me trouve. Vous serez régénérés, revivifiés, non plus dans le feu vital du désir et de l’ego mais dans le Feu Vibral de la pureté et de la beauté.

 

 

Il est temps de vous dépouiller de tout ce qui n’est pas éternel, de tout ce qui ne tient pas devant la vérité de l’Amour.

 

 

Les signes du ciel et de la Terre deviennent palpables et tangibles, où que vous regardiez.

 

 

Oubliez tout espoir et toute espérance parce que justement tout est accompli et qu’il n’existe plus la plus infime distance entre vous et la Vérité.

 

 

Il n’y a plus à chercher ou rechercher quoi que ce soit car l’essentiel est déjà réveillé au plus profond de chaque Fils de l’Homme, en chaque cœur, même en le plus fermé à ma Présence.

 

 

L’Amour dorénavant vous nourrit, vous rassasie et vous abreuve. Il ne vient pas d’ailleurs que de ce que vous êtes en vérité.

 

 

L’Amour révélé vous donne à ignorer les sirènes de la possession, les sirènes de la matérialité. Je vous avais prévenus voilà deux mille ans : où est votre Royaume, quel est votre Royaume ? Voulez-vous continuer en permanence à dégrossir la pierre afin de demeurer comme la pierre, la plus parfaite soit-elle ? Ou voulez-vous retrouver la liberté du Feu, la liberté de l’Air et de l’Eau, la liberté de l’Amour, qui n’a que faire de quelconque référence, de quelconque cadre, d’une quelconque histoire ou même d’un quelconque sauvetage ? Redressez-vous, debout et fiers de votre éternité, dans l’humilité à ce monde et l’humilité de la croyance en une personne.

 

 

Tout est accompli dans la chair. La chair de la Terre elle-même l’a ainsi décidé.

 

 

Nourrissez-vous de l’Amour. Le reste deviendra de plus en plus indigeste et intolérable, parce que l’Amour ne tolère rien d’autre que l’Amour, parce que l’Amour est la Liberté. Où avez-vous trouvé la Liberté en ce monde ? La Liberté n’est pas un rêve ni un avenir, ni un espoir, elle est votre état naturel qui ne demande qu’à jaillir, en vous et de vous.

 

 

Ne soyez plus dupes des sirènes de ceux qui veulent vous promettre quoi que ce soit de meilleur demain, parce que le meilleur est maintenant, à chaque souffle, à chaque regard. C’est cela qui frappe à la porte avant que je ne vienne laver ce qui doit être lavé à l’accomplissement ultime des temps de la Terre.

 

 

Il n’est plus temps de tergiverser, il n’est plus temps d’hésiter face à l’Amour, il est temps d’acquiescer. De dire « oui » à la vraie vie, de dire « oui » à la Liberté, un « oui » franc et massif qui ne peut s’établir que dans le silence même de votre être. Ainsi vous serez tous, si vous le souhaitez, mon ami. Un ami indéfectible, comme vous-mêmes, dans la vérité de l’Amour.

 

 

En vérité je vous le dis, il n’y a même plus besoin d’être deux ou trois réunis en mon nom car je serai encore plus présent en celui qui s’adresse à lui-même, dans la solitude et l’intimité de son cœur.

 

 

Le Verbe s’est fait chair une première fois. Le Verbe se fait chair pour la deuxième fois en chaque enfant du ciel et de la Terre.

 

 

La dernière Trompette vous indique, en vous comme à la conscience du monde, le temps de la rédemption, le temps de la Résurrection. Quel autre temps peut importer par rapport à ces temps-là qui ne s’inscrivent dans aucun temps ? Et qui vous donnent à libérer le joug du temps, du vieillissement et de la mort.

 

 

Je ne viens ni vous ordonner ni vous supplier de quoi que ce soit. Je viens juste vous proposer de vérifier, par vous et en vous, la vérité de ce que j’ai énoncé, afin que chaque souffle de votre vie dorénavant soit illuminé par l’Esprit de Vérité, par l’Esprit Saint et par le don de la Grâce. Car en cela il n’y a ni justification, ni hypothèse, ni donnée d’espace ou de temps.

 

 

J’ai frappé à la porte, vous m’avez répondu. Alors je vous réponds à mon tour : je suis là, bien au-delà des mots que vous entendez ou des mots que vous lisez. Regarde. Regarde et vois ce que tu es. Non pas au travers des masques ou des jeux de rôle de ce monde mais bien par-dessus tout jeu, toute fonction.

 

 

Le ciel va bientôt épouser la Terre de son Esprit fécondant et libéré. Cela est en cours. Cela ne souffre aucun délai car nombreux sont ceux qui ont crié vers moi, avec adresse ou maladresse, mais peu importe, car la Lumière qui vacille ou qui désespère ne peut laisser indifférent le Christ en vous, ce que je suis en vous.

 

 

Plus rien ne peut être retenu de ce qui doit s’abattre sur la Terre et se relever de la Terre. Tenez-vous debout.

 

 

Il n’y a plus aucun prétexte qui vaille. Que cela soit dans vos corps, que cela soit dans vos pensées, que cela soit au sein de votre vie limitée. L’Illimité ne peut plus attendre, ne peut plus être retardé.

 

 

Le Chœur des Anges, le son de la Résurrection, arrive à vous, abattant ce qu’il peut rester des murailles du mental, de l’adhésion à quelque histoire et à quelque scénario. Je viens mettre un point final au scénario des possibles, afin que l’évidence du scénario unique de votre Résurrection se donne à voir et à vivre en l’intime, en le silence et en le chant de la Vie. Le chant de mort n’a plus de prise sur vous. Il avait pour nom : argent, mensonge, morale et croyances. Vous voilà régénérés et ressuscités.

 

 

Il n’y a plus rien à parfaire, car l’Amour est plus que parfait. Il n’y a plus rien à essayer de changer, en ce monde comme en l’illusion de votre personne. L’Amour vous veut pleins et entiers, pleins et debout, en l’espace où nulle plainte ne peut surgir ou même être évoquée, la Joie devenant alors allégresse et sourire perpétuels.

 

 

Qu’attendez-vous encore de ce monde ? Qu’attendez-vous encore d’une quelconque satisfaction de désirs éphémères alors que le seul désir qui monte n’est rien d’autre que la joie du cœur ?

 

 

Seul ce qui résiste sera abattu par l’inconditionnel de l’Amour, non pas dans un combat mais dans une évidence. Regardez en vous car cette évidence est déjà là. Quels que soient vos projets, quelles que soient vos ambitions, quelle que soit votre vie, ce qui est là est l’Alpha et l’Oméga, ne souffrant aucune discussion, aucune condition et aucune limite à l’expression de l’Amour.

 

 

Je reviendrai – comme je l’avais dit – comme je suis parti. Ne me voyez dans aucun corps qui se glorifierait d’être moi mais par contre voyez-vous en chacun comme en vous-mêmes. Car c’est la seule vérité, et elle n’a pas besoin de déclaration, elle se trouve dans le silence et dans l’humilité.

 

 

Vous pouvez me remettre tout ce qui vous encombre, tout ce qui vous étouffe, et alors je vous rendrai à vous-mêmes, par-dessus toutes les apparences et par-dessus toutes les souffrances qui ne vous concernent pas.

 

 

Aimer et servir, en les temps où il n’y a plus de temps, c’est marcher dans mes pas, c’est se reconnaître en moi, dans le silence du cœur, dans l’être comme dans le non-être, dans l’action juste qui n’est pas menée par calcul quel qu’il soit mais qui est menée par la Grâce elle-même.

 

 

Enfant de l’Un et Fils de l’Homme, il n’est plus temps de t’éveiller par moments, quand cela t’arrange, mais tiens-toi debout tout le temps où ce temps disparaît. Affirme la Voie, la Vérité et la Vie. Affirme l’Alpha et l’Oméga. Tu n’as pas besoin de mots, ni de paraître, ni de convaincre, tu as juste à être… le Fils de l’Homme.

 

 

Alors tu sentiras ton cœur s’élever en même temps que la joie apparaît à la surface de ton être comme à la surface de toutes tes relations. Cela est maintenant car cela est acté au plus haut des cieux et au plus profond de la Terre.

 

 

Toi, Fils de l’Homme, debout en ton éternité, je te bénis. Non pas seulement maintenant, toi qui lis, toi qui écoutes, mais en tout temps, car l’Amour ne connaît pas le temps. Il en est même, si l’on peut dire, l’ennemi. Le temps appartient à Satan, à celui qui l’a enfermé. Je viens libérer le temps, qui est libéré en vous. Je viens libérer l’espace de ce qui était cloisonné et séparé en vous. Mais ne vous trompez pas, je suis déjà là car tout provient de moi, et de vous.

 

 

Ce qui est poussière retournera à la poussière. Ce qui est faux s’effondre avec de plus en plus de fracas, libérant toujours plus le chant de l’Amour. La scène du monde se joue en toi, te donnant à voir celui qui s’oppose à ce que tu es. Cela est éclairé, cela devient manifeste, car nul ne pourra plus être trompé quand le chant de l’Amour retentira au plus profond du ciel et au plus profond de la Terre, résonnant en chacune de vos cellules.

 

 

Tu seras alors ton seul juge. Non pas un juge qui apprécie la satisfaction des plaisirs de ce monde mais bien le juge impartial de ta propre éternité, te permettant non pas de condamner mais d’apprécier la Vérité, celle de ton Éternité.

 

 

Où que tu te tiennes, ici comme partout sur la Terre, dans l’intime de ton cœur tu ne seras plus jamais isolé et séparé, même si tu ne me connais pas encore ou ne m’a reconnu, en quelque état de ton être éphémère. Oublie cela. Je suis en ton éternité ; je suis plus encore que ce que tu peux croire être ou espérer être ; je suis l’Esprit, comme tu l’es.

 

 

Tu as tenu ta maison propre, ou du moins as essayé. Ne t’attarde plus à quelque nettoyage que ce soit car l’Amour est le propre en action, qui n’a pas besoin de ton effort maintenant mais qui a juste besoin de ta reddition sans conditions à ta propre Éternité. Tu y trouveras, ou tu y trouves en ce moment même, tout ce qui est indispensable. L’Amour est toutes les réponses et toutes les joies véritables, parce que celles-ci ne cessent jamais.

 

 

Alors je bénis ta Présence et ma Présence en toi, comme je bénis ta Présence en mon cœur. Dans le cœur de l’Un, dans le Cœur Sacré de la Vérité, nous nous tenons, droits et debout.

 

 

Et ressens, là, de suite, ce que tu es. Oublie tout paraître, oublie toute erreur et même tout ce qui a besoin de réparation.

 

 

Réveille-toi de tout rêve ou de tout cauchemar.

 

 

Sors de tout jeu. Alors le Christ en toi nettoiera ce que tu penses avoir besoin de nettoyer, de pacifier ou de purifier. Il n’est plus temps de jouer à cela, il est temps de vivre, car le temps est à l’Amour, car la notion même de temps s’effondre quand l’Alpha et l’Oméga se rejoignent.

 

 

Alors je te bénis et je te chéris. Me voyant en toi, tu te vois en moi, sans distance et sans pudeur. Le temps sans temps est le temps de l’authentique et du véritable. Ainsi, je te bénis par trois fois.

 

 

Le temps est venu de tout me remettre afin que tout te soit remis.

 

 

Ainsi, tu es la Grâce libérée de tout carcan et de tout doute. Viens, je t’attends.

 

 

Viens à moi comme je suis venu à toi. Mets tes pas dans mes pas, et mets ton cœur en mon cœur, comme je le fais moi-même.

 

 

Perçois, en ce temps, l’inutilité des mots et laisse s’exprimer la gratitude spontanée de tes retrouvailles avec toi-même.

 

 

Par la vérité du Verbe incarné, tu te délivres toi-même de toute illusion de mort et de tout ce qui est limité.

 

 

Pour toi qui m’entends, pour toi qui me lis, pour toi qui m’espères, ou pour toi qui ne me crois pas, abandonne tout cela et vis-le. Il n’y a pas de distance.

 

 

Donne-toi à la Vie comme je me suis donné à la Vie. Où est ton Royaume ? Est-il de ce monde ? Est-il d’ailleurs ? À toi de décider. Mais décide, maintenant. Tu ne peux plus te leurrer toi-même, ni te tromper ni tromper personne. Tu ne peux plus te masquer à l’Amour. Il n’y a plus d’incertitudes car le temps de la fin est certain. Rejoins-moi et rejoins-toi là où nous sommes tous deux, en l’Éternité, en l’Esprit de Vérité.

 

 

Mon frère, ma sœur, mon ami, mon aimé, je m’adresse à toi : « Qui es-tu ? ». Toute réponse que tu pourrais fournir n’est pas la vérité car tu es toi-même au-delà de l’être, tu es la Source même de l’Amour. Ainsi que je l’avais dit : « Moi et mon Père sommes Un ». Je t’invite à le dire, parce que c’est ce qui se vit.

 

 

L’Eau du ciel apportant le Feu de l’Esprit se déverse en ton ciel intérieur.

 

 

Tu n’as plus à être sur la croix, mais à être ce Cœur Glorieux, ce que tu es.

 

 

Je te bénis donc par trois fois et pour la troisième fois, toi qui lis et toi qui écoutes, toi qui es là et toi qui es partout.

 

 

Tu es le chant de l’Amour qui chante en toi.

 

 

Je te donne ma Paix, comme je me suis donné à la Vie, et j’accueille ta Paix, quand tu te donnes à la Vie, en l’Alpha et l’Oméga.

 

 

Écoute celle qui dans l’histoire a été nommée ma Mère, qui est notre Mère à tous.

Sois vrai, car tu es la Vérité.

 

 

Je regagne maintenant ton cœur, le cœur de chacun, car là il n’y a plus besoin de mots, il n’y a plus besoin de discours. Le Verbe s’est fait chair, il devient le silence à ce monde.

 

 

… Silence…

 

 

Je t’aime, où que tu sois. Et cet Amour deviendra de plus en plus brûlant en me rejoignant quand je te rejoins, et c’est maintenant.

 

 

Je t’aime, pour l’Éternité et en l’Éternité.

 

 

Je te dis à toujours, et je me tais maintenant pour chanter en toi.

 

 

Téléchargement PDF : ASCENSION – DÉCEMBRE 2015 – CHRIST


Téléchargement MP3 : ASCENSION – DÉCEMBRE 2015 – CHRIST

 

Publié le 06/12/2015 (en langue française) par :  LES TRANSFORMATIONS

 

Relayé par un blog de René Dumonceau

 

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et d'en citer la source. Utilisez toujours votre discernement par rapport à ces écrits. Vous avez un Libre-Arbitre, alors utilisez-le et surtout, écoutez ce que vous dicte votre coeur. Lui seul détient votre vérité, laissez-le vous guider.

Commenter cet article