Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Franck Guésar

La barque du naufrage

Toute une existence à chercher le bonheur, à prier. Mais prier qui, prier quoi ?

 

 

Pourtant je sais que tu es là, depuis toujours. Alors je t’en prie, sauve-moi de la souffrance, je n’y arrive plus. Répond à mon appel, dis-moi pourquoi je suis sur terre, quel est le but, ma mission ? Aide-moi à écouter les signes. Il est temps pour moi de lutter contre les pensées négatives et les préjugés, les miens et ceux des autres. Les Hommes ont peur, j’ai peur, mais je sens que tu me guides, je sens que tu es là, il ne peut en être autrement.

 

 

Ce que l’on a fait de moi, le monde qui m’entoure au quotidien, la conscience collective, mes propres doutes; tout semble s’opposer à ton existence et décourage tout espoir de bonheur. «Et s’il n’y avait pas de « plan » ? » ai-je pu penser parfois. Mais je n’y crois pas, c’est impossible ! Tout est si magnifique sur terre, le simple fait de vivre, la nature, nous. Il y a tant de bonté dans l’âme et le cœur humain. Je n’y crois pas non !! Je ne peux pas être là par hasard, c’est une évidence !! Alors pourquoi je souffre ?

 

 

 

La barque du naufrage

Ma barque navigue dans un infini océan de souffrance depuis si longtemps déjà. Je te supplie une dernière fois de me guider. Permet-moi d’échouer sur le rivage de la vérité et du bonheur. J’ai trop failli par mes actes et mon ignorance. J’aurais même pu couler à maintes reprises mon embarcation de fortune. J’ai traversé parfois des mers, déchaînées par mon esprit de colère et de haine, j’ai dérivé d’autres fois, pendant de longs jours sur une mer calme et sans vent, sous la chaleur écrasante de mon orgueil et de ma suffisance. Assoiffé par l’eau salée de l’insatisfaction permanente, des dépendances extérieures de ce monde et de l’amour de substitution de « l’autre », je n’ai que trop souffert. Je n’ai même plus la force de me bercer d’illusions et d’espérer un repêchage providentiel du navire éphémère de la réussite, qui passe au large depuis toujours.

 

 

Il ne me reste que toi désormais. Toi qui a toujours été là pour moi. Je ne sais pas encore comment te nommer; maitre intérieur, Dieu, esprit, mais quelque soit ton nom, je sais que tu vis à l’intérieur de moi, et que seul ton amour, ta compassion et ta sagesse peuvent me sauver.

 

 

La barque du naufrage

Une fois échoué sur le rivage de la « claire lumière » et de la conscience, je promets à l’enfant que j’étais d’ouvrir les yeux et le cœur de l’homme que je suis devenu et de me diriger vers ce qu’il y a de plus vrai, de plus profond et de plus spirituel en moi. Je ferai naître dans mon cœur cette immense énergie d’amour, pour le bien des êtres et de moi-même.

 

Franck Guésar

 

Publié le 03/09/2015 sur son mur Facebook https://www.facebook.com/franck.vedrine/posts/10205049919353162?pnref=story

Commenter cet article

ngoyoland 16/09/2015 15:28

aimons nous les uns les autres

CATHY 08/09/2015 08:47

C'est beau, c'est vrai.. Je me retrouve dans ce texte, complètement...
Merci de l'avoir écrit pour tous ceux que cela concerne, et ils sont si nombreux..
Merci infiniment.
Cathy

René Dumonceau 08/09/2015 12:17

Bonjour Cathy,
Merci pour vos compliments mais je n'ai pas écrit cet article. Je l'ai simplement relayé sur mon blog.
Regardez au bas de l'article et vous y trouverez le lien de provenance.
Coeurdialement.
René.