Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par René Dumonceau

I comme INTUITION

Nous avons tous de l’intuition. Nous sommes peu à l’écouter.

 

On nous a appris à réfléchir, à nous poser des questions sur notre retraite, sur notre travail, sur notre famille, sur notre avenir… Le mental guide notre société. L’intuition n’a pas vraiment voix au chapitre, pas encore. Cette petite voix intérieure qui semble connaître notre destinée, nous ne lui faisons pas confiance. Et pourtant, elle ne s’inquiète jamais de nos lendemains mais nous dicte plutôt notre présent avec calme et certitude. J’avoue rester perplexe sur ce déni de notre petite voix. Peu sont les personnes qui osent affirmer qu’elles font confiance à leur intuition plutôt qu’à leur mental, mais nombreuses sont celles qui ne lui apportent aucun crédit.

 

Souvent, sur mes blogs, en séjour, en consultation, vous me questionnez à ce sujet. Comment fait-on pour entendre et écouter sa petite voix ? Comment faire la différence entre l’intuition et la réflexion ? Un voyant  a le don d’intuition. Cependant, sans cultiver le repos de l’esprit, un voyant peut mélanger son intuition et ses questionnements, et rester dans le doute. C’est pourquoi développer le calme intérieur est primordial pour se brancher à son intuition et éviter les projections.

 

L’intuition ne se commande pas. Elle ne nous plonge pas dans le même état que la réflexion. Au moment où elle s’exprime, elle ne déclenche aucun stress. Elle nous laisse sereins. Cette idée impromptue qu’elle fait naître tombe sous le sens… C’est un profond ressenti qui remonte en nous lors de nos états de détente, dans nos moments de rien, comme après une balade dans la nature ou lors d’une activité futile mais relaxante, comme le shopping ou la pose de vernis à ongle… Nous manquons cruellement, dans nos vies, de ces moments de détente : le plus souvent, c’est notre tête qui mouline et tente de trouver la solution à nos questionnements. Et pourtant, si nous acceptions de vivre le présent dans un état de calme, toutes les réponses viendraient à nous sans que nous ayons besoin, pour nous rassurer, de faire travailler nos méninges.

 

Une intuition arrive quand nous sommes connectés au mouvement naturel de la vie. Elle n’est pas le fruit d’une longue réflexion. L’intuition ne s’appuie sur aucune preuve tangible. On ne peut ressentir ou entendre une intuition qu’en étant dans un état de relaxation ou de paix intérieure. Il est donc impossible pour des esprits cartésiens, habitués à être dans la réflexion permanente et à s’appuyer sur des raisonnements bien construits, d’entendre, d’écouter, de faire confiance et encore moins de suivre son intuition. L’être humain aime maîtriser son monde pour n’être pas pris en défaut, pour paraître fort aux yeux des autres. Or il n’est pas possible d’avoir le contrôle sur ses intuitions.

 

Pourtant, lorsqu’un individu développe un état de plénitude, lorsque, par exemple, il pratique la méditation ou le reiki au quotidien, cet état de calme intérieur devient propice à ressentir intuitivement les réponses à ses propres interrogations. Il n’y a plus d’attente ou d’inquiétude. Nous sentons un état de calme en nous, peu importe que la réponse arrive maintenant ou plus tard, et qu’elle aille dans notre sens ou pas. Quand nous nous posons des questions, il suffit de s’arrêter, de stopper le flot des pensées, de faire le vide en soi et d’accueillir notre ressenti. Une intuition ne nous panique jamais. Elle est toujours accompagnée de quiétude et de bon sens.

 

Sans un travail quotidien sur le corps, il est difficile d’avoir le reflexe de s’arrêter dans nos journées trop pleines, surtout si nous sommes en mode panique. Et pourtant il n’y a que cette lenteur et ce vide mental pour laisser de la place à l’intuition. Quand nous n’avons pas, ou peu, fait l’expérience de notre intuition, nous lui faisons rarement confiance. Nous n’avons que très peu de recul et de trop rares occasions pour nous prouver qu’elle est pertinente. Il n’y a qu’une fois l’événement arrivé que nous pouvons constater que nous avions raison de l’écouter. Tant que nous ne suivons pas nos intuitions, nous n’accumulons pas les preuves de sa véracité.

 

I comme INTUITION

De plus, l’intuition nous transmet des messages à l’avance. Elle annonce toujours un dépassement à accomplir. Elle nous prévient du risque encouru si nous continuons à fonctionner de la même façon… Pour ne pas rester victime d’une situation, nous devons nous positionner. Etre dans notre responsabilité à chaque instant est loin d’être facile, et il est plus aisé d’ignorer les messages qui nous y poussent.

 

Reconnaissons-le, l’être humain est plutôt paresseux et peureux. S’y prendre à l’avance pour régler quelque chose ne le réjouit guère. Nous préférons adopter la politique de l’autruche, repousser les difficultés et s’nous y atteler au pied du mur, quand il n’y a plus aucune autre solution pour avancer… Là, nous sommes poussés à le faire,parce que nous n’avons plus le choix. Et nous croyons que c’est plus facile ainsi.

 

Vivre les bras, les yeux et le cœur ouverts sur la vie est un merveilleux cadeau à s’offrir. C’est une chance d’anticiper les difficultés. Nous pouvons les éviter ou les alléger en changeant notre posture, en comprenant globalement la situation et non en la regardant, effrayés, planqués derrière notre lucarne,tandis qu’elle arrive. Aujourd’hui, nous vivons dans un rythme de vie tellement stressant que nous sommes rarement détendus. Notre cerveau a un milliard de raison d’être stimulé et sur-actif en permanence… Alors,être capable d’entendre clairement cette petite voix, sans chercher à se poser, tient du miracle.

 

 

Une astuce pour écouter son intuition ?

 

Allongez-vous puis respirez profondément. Fermez les yeux et détendez petit à petit votre corps durant quelques minutes. Concentrez-vous sur le bien-être de ce moment. Quand vous ne percevrez plus aucune tension et qu’un sourire viendra éclairer votre visage, posez-vous la question qui vous taraude. Une réponse simple et limpide se présentera aussitôt. Ecrivez la tout de suite avant que votre tête ne la récupère.

 

Et si vous pensez d’ores et déjà ne pas parvenir à faire la différence entre votre intuition et votre « mental », regardez dans quel état vous êtes face à vos « pensées ». Êtes-vous serein ou inquiet ?

 

Cherchez à calmer votre esprit et vous verrez très vite qui parle en vous… Un petit ange ou un petit diable ?… Encore faut-il avoir envie de connaître la réponse. Assumer son intuition et son ressenti, c’est accepter de prendre ses responsabilités. La vie nous montre le chemin dès que nous lui demandons et lui faisons confiance. C’est notre esprit qui n’en finit pas de se poser des questions, qui invente des embûches insurmontables, qui se croit victime de la vie et veut continuer de la trouver trop injuste.

 

I comme INTUITION

Le mental nous pousse toujours dans le passé ou dans le futur, jamais dans l’instant. Il nous plonge dans un état de stress et d’incertitude. Il a besoin de référence. L’intuition, elle, jamais.

 

L’intuition nous ramène dans le présent et nous pose dans un état de calme et de nouveauté face aux situations. Rien n’est grave et toute situation possède sa solution. Le danger, c’est ce fameux mental capable d’attraper une intuition et de tricoter tout autour dans l’intention de lui trouver une preuve tangible. Alors, quand votre intuition s’exprime, écrivez les premiers mots qui vous viennent et restez-en là. Et, surtout, cultivez le calme intérieur : l’intuition adore cela, c’est son meilleur et son plus propice terrain de jeu.

 

Si vous décidez de confier les rennes à votre tête, soyez certain que vous resterez en alerte et dans le doute en permanence. Si vous choisissez d’écouter votre intuition, alors vous serez zen et calme toute votre vie.

 

 

Auteure : Marie-Laure Staudt

Publié le 09/06/2015 sur http://voyance-autrement.com/i-comme-intuition-2/

Commenter cet article